15 juin 2015 un « Forum » avec des musulmans mais pour qui ? et pourquoi?

Annoncée en février dernier, dans la foulée des attentats de janvier, l’organisation d'un « forum » qui aurait comme objectif « d'examiner avec toutes les composantes de l'islam de France les questions qui préoccupent » les musulmans et sera appelé à se réunir tous les ans se réunit aujourd'hui lundi.

Une idée née d'un double constat, explique-t-on dans l'entourage du ministre de l'Intérieur : L'extraordinaire dégradation de l'image de l'Islam d'une part et un sentiment unanime de rejet chez les musulmans de l'autre.

On peut se demander, dans ce cas si le ministre, représentant un gouvernement d'un Parti qui n'a eu de cesse de stigmatiser la communauté musulmane, va pouvoir avec le Premier Ministre Manuel Valls (à qui on doit quelques déclarations tonitruantes, schizophrènes et contradictoirement opportuniste…) réussir à rassembler.

Allocution de Manuel VALLS, ministre de l'Intérieur le jeudi 27 septembre 2012 lors de l'inauguration de la Grande Mosquée de Strasbourg.

(ici M. Valls était ministre de l'Interieur, se croyant une star devant son auditoire, mais en lui intimant l'ordre d’applaudir)

Extrait du discours de Manuel Valls lors de l'Université d'été du P.S. – Août 2013

Rappelons qu'en janvier dernier il y a eu plus d'actes anti-musulmans que sur toute l'année 2014. ( RTL Depuis les attentats, deux fois plus d'actes antimusulmans ; CARTE INTERACTIVE. Flambée d'actes antimusulmans depuis le 7 janvier )

Bernard Cazeneuve

​Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve réunit donc ce lundi un « forum » de dialogue avec le culte musulman censé lancer une dynamique au-delà du Conseil français du culte musulman (CFCM), principal interlocuteur du gouvernement qui n'a jamais réussi à s'imposer depuis sa création en 2003 et a prouvé à plusieurs reprises sa non-efficacité à tout point de vue…

Si le but est d'écouter les « doléances » des représentants de la deuxième religion de France, Bernard Cazeneuve fera « un certain nombre d'annonces » à l'issue de la rencontre et précisera la suite du calendrier, dit-on dans son entourage.

La représentation du culte musulman est « très fragmentée » en France, et c'est peu dire, on pourrait même exagérément dire qu'elle est disloquée, et le dialogue avec les pouvoirs publics, fréquent avec certaines fédérations, notamment celles liées au CFCM, est « faible voire inexistant » avec d'autres représentants légitimes du culte, ou qui se prétendent tel, souligne-t-on au ministère de l'Intérieur.

D'où une certaine volonté d'aller chercher au-delà du CFCM ?

Mais là, il n'est guère question de créer une nouvelle structure, ou un nouvel organe qui serait représentatif. « C'est un forum pour récréer le dialogue, pas un parlement qui prendra des décisions« , insiste-t-on à l'Intérieur. « Il faut faire son deuil à court terme de l'idée que l'Etat pourrait organiser une représentation unifiée. »

L'objectif, cette fois, est simple : « être sûr qu'au moins, on entende tout le monde. » Oui cela reste à voir et surtout il faudrait « être sûr qu'au moins, on écoute tout le monde et qu'il y ait des personnes qui écoutent ! »

Comment ? Qui ?

Plus de 5.000 personnes ont été consultées au niveau local en amont de cette rencontre, dans le cadre des rencontres avec les préfets, et seulement 150 « représentants » du culte musulman ont, au final, été invités. Mais cela semble normal au vu des retours catastrophiques de ces réunions. En effet, pour la plupart cela a été un balai de stéréotypes sur pattes.

Parmi eux, des imams, des aumôniers et des représentants de la société civile censés représenter un large spectre sur les plans théologique, générationnel mais aussi géographique. Pour Rouen, donc la Seine-Maritime ; nous savons que l'UMR (Union des « Musulmans » de Rouen) et quelques autres associations et personnalités ont été invités…

« On invite à l'instance toute personne ayant une représentativité et n'ayant pas de comportement contraire à la loi« , indique-t-on au ministère, précisant avoir convié des « conservateurs rigoureux« . – ici il est légitime de se poser la question : Selon quels critères peut-on définir ce qui est représentatif ou ne l'est pas ?

Une soixantaine des 150 personnalités attendues sont toutefois liées au CFCM, voué à rester la « colonne vertébrale » de la nouvelle instance, selon ses représentants. D'autres liées de façon directe ou indirecte à l'UOIF (Union des organisations Islamiques de France) et quelques rares independants.

Les sujets qui seront abordés lors des tables rondes thématiques prévues lundi vont de la formation des imams à l'islamophobie et aux pratiques rituelles en passant par la construction et la gestion des mosquées. (Voir Scan du courrier du Ministère de l’intérieur)

Il existe plus de 2.500 mosquées en France. Un chiffre qui n'est pas figé –près de 1.000 ont été construites depuis 2004 et 300 sont en cours de construction– mais qui reste très en deçà de la demande, suscitant de fortes frustrations.

La question de la protection des lieux de culte sera également examinée mais il n'est pas question de débattre de tout dans cette instance dédiée aux problématiques cultuelles, souligne-t-on place Beauvau.

Le sujet de la « radicalisation » a ainsi été écarté volontairement. « Ce serait un mauvais message que de mettre ce thème au premier plan« , dit-on dans l'entourage de Bernard Cazeneuve. « L'idée pour les musulmans de mettre en débat cette question lors d'une première réunion pouvait être vécue comme une forme de stigmatisation. » Peut-être, mais du côté des détracteurs cela sera vu comme de la complaisance…..

La laïcité et image de l'Islam en question ?

Au regard de la loi 1905 – dite de la laïcité qui n'est ni le désengagement ni l'ingérence de l'État.

Car « les communautés musulmanes », principales intéressées, se sentant viser par diverses lois, déclarations des politiques de tous bords, sont, à juste titre, réticentes à toutes implications. La communauté musulmane est considérée comme une enfant qui ne peut se prendre en main….

Si des aides, il doit y avoir, elles sont plus à apporter aux associations « musulmanes » d’apprentissages, d’aide aux personnes (facteur de socialisation) et aux instituts que véritablement aux mosquées … du fait du peu de rôle social que ces dernières assurent et pour une grande partie n'assume pas…

Pour ce qui concerne l’image de l’Islam ; hormis l’émission sur France 2 « Islam » et des documentaires sur la chaîne franco-allemande ARTE et quelques émissions de France Culture… l’Islam est principalement présenté de façon négatif, péjoratif et voir arriéré.…

Il faudrait aussi éviter tout raccourci, approximations et préjugés véhiculés et alimentés tant par les médias, ou malheureusement les associations dites « musulmanes » elles mêmes, ou encore nos chers politiques de tous bords… Ou encore de ces dits philosophes et intellectuels médiatisés.

L’utilisation de l’Islam et des musulmans est devenue un enjeu électoral, une diversion à grande échelle…. (A suivre)

Sources : Avec Afp, Reuters