1935 : Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) honoré par la Cour Suprême des États-Unis

D’après Le Dr Mansour pour T.E.P.A le 08 Mai 2014

Merci à Elias Abdullah (un frère des USA, qui nous a renseigné)

L’illustration ci-dessus est une tentative bien intentionnée par le sculpteur, Adolph Weinman (1870-1952), pour honorer Muhammad (paix et bénédiction sur lui), mais cela reste qu’une interprétation artistique et rien d’autre.

 

En 1935, la Cour suprême des États-Unis a rendu hommage à Muhammad, le Prophète de l’Islam, en tant que source de droit et de la justice au côté de Moïse, Salomon, et Confucius. Il est représenté dans la frise de la salle d’audience parmi les grands législateurs de l’humanité.

Les Musulmans comprennent que les représentations du prophète sont illicites. Toutefois, dans ce cas, cette représentation créée par un non-musulman a été faite avec l’intention d’honorer l’Islam, ainsi de reconnaitre que l’islam est une partie importante de l’humanité et de l’histoire américaine. (voir doc PDF de la Cour suprême : le site)

Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) y est représenté tenant le Saint Coran (qui fournit la principale source de la loi islamique), ce qui a agacé, en plus de la représentation, c’est le fait qu’elle cautionne implicitement le fait que l’Islam s’est propagé par l’épée, en effet le Prophète (paix et bénédiction sur lui) tient une épée dans sa main droite.

Les enseignements du Prophète Muhammad ne sont ni plus ni moins l’explication et la mise en œuvre des principes coraniques.  

A cette époque troublée et critique dans la relation des USA avec le monde musulman, il est important de savoir, de revoir ainsi que de comprendre ce que symbolise cette « œuvre d’art ». 

Rappelons ici l’amitié que les pères fondateurs des USA ont eu avec l’Islam, comme en témoigne le Traité d’amitié, l’un des premiers traités entre les États-Unis et un pays musulman, le Maroc (premier pays a reconnaitre la jeune nation américaine). Dans un prochain billet nous vous ferons découvrir, in sha Allah, la proximité intellectuelle méconnue entre Thomas Jefferson et l’Islam.

Le Traité de paix et d’amitié a été un sentiment répété entre les Etats-Unis et Tripoli ainsi qu’Alger.

Comme le gouvernement des États-Unis d’Amérique étant fondé sur un esprit de Foi, Il n’y avait guère d’hostilité à la recherche d’autres sources de Loi. 

Dans la même tradition, le 96e Congrès des États-Unis (1976) a adopté une résolution honorant l’Islam sur son 14e centenaire :

Maintenant, par conséquent, il est résolu par le Sénat (la Chambre des représentants a souscrit) :

Sec. 1. Que l’Islam est, par les présentes, reconnu pour sa riche contribution religieuse, scientifique, culturelle, artistique et il a fait l’humanité depuis sa fondation.

– Sec. 2. Le Congrès prend note de la contribution de l’Islam et souhaite plein succès à la commémoration du 14eme centenaire de sa fondation.

– Sec. 3. A l’ occasion de cet anniversaire, le Congrès engage ses efforts pour parvenir à une meilleure compréhension, afin de réduire les tensions, et à la poursuite de l’amélioration des relations avec toutes les nations du monde.

– Sec. 4. Le Congrès demande que le président transmettre une copie de cette résolution aux chefs de l’Etat de chaque pays où l’Islam y à une place importante et où des célébrations marqueront cet événement…...

En conclusion, alors que les musulmans seront en désaccord avec la méthode de l’artiste, ils peuvent certainement se mettre d’accord sur le respect d’Adolph Weinman pour l’Islam et son principe fondamental, la justice.

En effet, Allah commande la justice, la bonne conduite et l’assistance aux proches, Il a interdit aussi l’immoralité, la mauvaise conduite et l’oppression. 

Il nous exhorte – Sourate 16 : Les abeilles (An-Nahl)

« Certes, Allah commande l’équité, la bienfaisance et l’assistance aux proches. Et Il interdit la turpitude, l’acte répréhensible et la rébellion. Il vous exhorte afin que vous vous souveniez. »

Selon Anas, le Messager d’Allah (paix et bénédiction sur lui) a dit :

« Aide ton frère, qu’il soit oppresseur ou qu’il soit un opprimé« . Les gens ont demandé, « O Messager d’Allah ! Il est juste d’aider l’opprimé, mais comment devrions-nous l’aider s’il est oppresseur ? » Le Prophète ( paix et bénédiction sur lui) a dit, « En l’empêchant d’opprimer les autres« . [Sahih Bukhari, Volume 3, Livre 43, Numéro 624].