8% de la population musulmane centrafricaine assassinée par les miliciens anti-balaka

D’après Larédac’ à 11h00 le 25 Juillet 2014

La République centrafricaine a été pendant des mois le théâtre d’une barbarie sans nom avec des actes inhumains perpétrés sur la population musulmane du pays. Des villes entières ont été vidées de leurs musulmans ! La situation étant maintenant plus calme et qu’un fragile cessez-le-feu a été signé, le temps vient au bilan et c’est Médecins Sans Frontières qui nous donne un aperçu de ce drame où des gens ont été massacrés, mangés parcequ’ils étaient musulmans.

Sur le 800.0000 musulmans constituant 15% de la population centrafricaine estimée à 5 336 500 habitants; MSF a démontré, sur un échantillon représentatif, que près de 8% des musulmans centrafricains ont été assassinés directement ou indirectement par les miliciens anti-balaka soit 64.000 musulmans décédés à ce jour.

MSF se basent sur des témoignages alarmants recueillis par ses équipes au Tchad en février 2014, où MSF avait profité du système de surveillance épidémiologique mis en place par Epicentre (Centre de recherche épidémiologique de MSF) pour collecter des informations plus précises sur les populations centrafricaines réfugiées à Sido.

Ce Centre a effectué, entre le 26 mars et le 8 avril 2014, une enquête de mortalité rétrospective exhaustive. 

Selon MSF, l’objectif principal était de déterminer la mortalité des réfugiés centrafricains de Sido sur une période de rappel allant du 1er novembre 2013 au 8 avril 2014.

La population cible était constituée de l’ensemble des 3 449 familles de Sido, totalisant initialement 32 768 personnes dont 25 353 (majoritairement des femmes et des enfants) étaient arrivées à Sido suite aux violences perpétrées en RCA fin 2013/début 2014. Plus de la moitié des familles (57%) étaient originaires de Bangui d’où est partie la majorité des convois de réfugiés.

Voilà ce qu’il ressort de cette enquête :

1. Une sous-estimation du nombre de réfugiés à Sido

• Le nombre de personnes présentes dans la région de Sido lors de l’enquête (25 355) était deux fois plus important que les estimations officielles antérieures (10 133).

2. Des taux de mortalité très élevés

• Sur les 32 768 personnes qui composaient initialement les 3 449 familles interrogées, près de 8% (soit 2 599 personnes) sont décédées en RCA, lors du voyage vers le Tchad, ou à Sido.

33% des familles interrogées ont perdu au moins un membre de leur famille ; 27.6% en ont perdu au moins deux.

3. La violence, première cause de mortalité avant le départ et lors du voyage

• Sur le total de 2 208 décès enregistrés en RCA, 95.6% sont dus à la violence (balles, armes blanche, éclats de grenades, tirs de mortiers…) ; 84% des décès concernaient des hommes et plus particulièrement ceux âgés de 33 à 44 ans.

• Sur le total de 322 décès enregistrés lors du voyage vers le Tchad, 78.3% sont dus à la violence.

4. Des familles éclatées

• Parmi les 20 060 personnes qui se sont réfugiées à Sido entre novembre 2013 et avril 2014, 48.7% sont arrivées en janvier et 36.6% en février 2014.

• Sur les 32 768 personnes qui composaient initialement les 3 449 familles interrogées, 4 816 (soit 15%) ont été séparées – volontairement ou non – des leurs.

– En moyenne : d’une moyenne d’âge de 20.7 ans qui partagent ou ont partagé le même repas et qui dorment ou ont dormi ensemble sous le même toit durant la période de rappel sous l’autorité d’un même chef.