USA : une plaque d’immatriculation « FMUSLMS »

Le ministère de la Sécurité publique du Minnesota a présenté ses excuses le 22 février dernier pour la délivrance de plaques d'immatriculation raciste contenant une insulte contre les musulmans. La réaction du ministère ne s'est pas faite attendre en demandant l'annulation de ces plaques anti-musulmanes immédiatement après qu'une photo (ici en illustration) ait fait sensation sur les médias et réseaux dit « sociaux ».

On peut lire sur ses plaques personnalisées : « FMUSLMS » (Fuck Muslims) – inutile de traduire -…

Une photo de la plaque d'immatriculation à l'arrière d'une camionnette, qui aurait été prise à St. Cloud, et a été publié sur Facebook samedi 20 fevrier 2016, par #UniteCloud, un organisme communautaire qui travaille à dénoncer et tente de résorber les tensions communautaires et culturelles dans la région de St-Cloud.

minnesota-map

« Cette plaque d'immatriculation personnalisée n'aurait jamais du être délivrée, elle est choquante et de mauvais goût, » affirme monsieur Bruce Gordon, porte-parole du ministère de la Sécurité publique, qui supervise la Division des services du véhicule du conducteur, dans un un communiqué le 22 février dernier. « Nous sommes en train de procéder à la révocation de toute possession de ses plaques dès aujourd'hui« .

La Driver and Vehicle Services Division (services des conducteurs et véhicules) doit revoir son processus d'approbation des plaques d'immatriculation personnalisées et doit revoir son système d'évaluation en mettant en place une supervision et une surveillance avec des nouvelles mesures supplémentaires, toujours selon Bruce Gordon.

Or ces plaques d'immatriculation ont été émises en Juin 2015, selon la DPS. La demande a été traitée au bureau du registre adjoint à Foley, et examinée par le Driver and Vehicle Services Division.

La photo des plaques d'immatriculation a généré de nombreux commentaires sur Facebook et Twitter, beaucoup se demandant comment ce genre de plaques d'immatriculation a pu être approuvée et émises.

Dans le Minnesota, les plaques d'immatriculation personnalisées sont disponibles moyennant des frais supplémentaires. Cependant, il est bien stipulé qu' »une plaque personnalisée qui porte atteinte à la moralité publique ou la décence ne peut être délivrée. »

Mark-Dayton
(Mark Dayton gouverneur du Minnesota)

Le gouverneur Mark Dayton a publié un communiqué le lundi 22 février dernier, expliquant qu'il était « consterné » que la plaque ait pu étre émise par l'agence d'Etat.

« Elle est choquante, et la personne qui l'a demandé devrait avoir honte« , peut-on lire dans sa déclaration. « Ce préjudice n'a pas sa place dans le Minnesota« .

Mark Dayton a déclaré avoir demandé au commissaire de la sécurité publique de récupérer la plaque dès que possible et revoir les procédures de l'agence pour s'assurer que cela ne se reproduise pas.

Natalie Ringsmuth, fondatrice de #UniteCloud, explique que tous citoyens à le droit en application avec le premier amendement liée à la liberté d'expression*, de mettre un slogan sur un autocollant sur son véhicule. Mais elle insiste que ce genre de cas est différent parce que les plaques d'immatriculation sont délivrés par le gouvernement.

« Ma préoccupation est de savoir que si « FMUSLMS » est approuvé, alors quoi d'autre pourrait-être approuvé ?  » – « FGAYS ? FBLACKS ? » -,se demande Natalie Ringsmuth.

Jaylani Hussein, directeur exécutif du CAIR (Council on American-Islamic Relations), a déclaré dans une déclaration écrite que son organisation envisage d'envoyer une lettre à l'Etat demandant une surveillance plus étroite sur les autorisations des plaques d'immatriculation personnalisées.

Ces plaques ont certainement dû plaire à Donald…..

Sources : USA Today, CAIR…

  • * Premier amendement : Le Congrès ne fera aucune loi qui touche l'établissement ou interdise le libre exercice d'une religion, ni qui restreigne la liberté de la parole ou de la presse, ou le droit qu'a le peuple de s'assembler paisiblement et d'adresser des pétitions au gouvernement pour la réparation des torts dont il a à se plaindre.