Femmes en Palestine : Survivre aux traumatismes, construire la résilience

« Femmes en Palestine : survivre aux traumatismes, construire la résilience » ITW with Dr Samah JABR, réal : Alexandra Dols

Fadwa Touqan (1917 – 2003) est une poétesse palestinienne célèbre dans tout le monde arabe sous le nom de « poétesse de la Palestine ». Elle conjugue au féminin les thèmes chers au romantisme: la nature, l’amour, la solitude, la tristesse, le désarroi, dans un style raffiné, délicat et plein de sensibilité. « Il me suffit de mourir dans mon pays, d’y être enterrée, de m’y dissoudre et m’anéantir », Elle est l’une des rares voix féminines de la poésie palestinienne :

« Il m'a suffit de rester dans ses bras « 

– Il m'a suffit de mourir dans ses bras d'être enterrée là de fondre sous son limon et disparaître de renaître d'herbe sur son sol et de renaître fleur que chiffonne la main d'un enfant poussée dans mon pays Il m'a suffit de demeurer dans le sein de mon pays de terre et d'herbe et de fleur –

« Instant « 

– Mon vœu est silence et quiétude …

Ne me dis pas il était, il sera ne me parle pas d'hier, ne va pas à demain cet instant n'a pour moi ni d'avant ni d'après

Le temps défini pour moi n'a plus de sens hier s'est évanoui, son écho et son ombre

Les lendemains inconnus s'étendent au loin et ne se révèlent pas peut-être ce que la main de mes rêves et de tes rêves a dessiné n'était que …

Peut-être n'espérons-nous autre chose que …

Il n'y a d'instant que cet instant fleur offerte à portée de notre main ni fruit ni racines Merveille passagère, avant de passer prenons-la mon amour