Accrochages à Aden et combats autour de Taëz assiégée

Des accrochages armés opposaient samedi les forces de l'ordre yéménites à des jihadistes d'Al-Qaïda à Aden, deuxième ville du pays, tandis que les troupes progouvernementales tentaient de briser le siège de la ville de Taëz par les rebelles chiites.

A Aden, grande ville portuaire où s'est installé le gouvernement yéménite du président Abd Rabbo Mansour Hadi en attendant de pouvoir reconquérir la capitale Sanaa tenue par les rebelles, des accrochages ont éclaté autour de Mansourah, un quartier résidentiel devenu un fief d'Al-Qaïda, selon des sources militaires.

Les forces de sécurité yéménites ont installé de nouveaux barrages de contrôle autour de ce quartier pour tenter de réduire l'insécurité dans la ville, selon ces mêmes sources.

Des dizaines d'hommes armés et cagoulés, arborant la bannière d'Al-Qaïda, se sont déployés dans les rues pour repousser les policiers, ont indiqué des témoins.

Les combattants « d'Al-Qaïda » et de l'état dit « islamique » (EI), profitant de la guerre au Yémen entre rebelles « chiites » Houthis et forces pro-gouvernementales, ont renforcé leur présence dans le Sud du pays y compris à Aden.

Au nord d'Aden, les forces pro-gouvernementales ont par ailleurs poursuivi samedi leur offensive pour tenter de briser le siège que les rebelles chiites imposent depuis des mois à la grande ville de Taëz, selon des sources militaires.

Au lendemain de la reprise par les forces loyalistes des banlieues ouest et sud de Taëz, les combats se sont concentrés samedi au nord et à l'est de la ville, ont ajouté les mêmes sources.

Une reconquête des banlieues devrait permettre « l'acheminement de vivres et de médicaments » aux quelque 200.000 habitants de Taëz victimes du siège imposé à leur ville, a indiqué vendredi à l'AFP le gouverneur de la province, Ali al-Maamari.

Relire : Les Houthis ont pris le contrôle de l’aéroport de Taëz sur la route d’Aden

accrochages à Aden et combats autour de Taëz assiégéeLes forces pro-Hadi ont réussi à « reprendre d'importantes positions » dans la banlieue nord où de violents accrochages se poursuivaient, a déclaré à l'AFP l'une de ces sources.

Mais dans la banlieue est, la mission semble plus difficile, ce secteur étant tenu par des forces de la Garde républicaine, l'unité d'élite de l'armée restée fidèle à l'ex-président Ali Abdallah Saleh, un allié des rebelles, a ajouté cette source.

C'est depuis cette banlieue –qui compte un aéroport, une cité industrielle et des sites militaires dont le QG des forces spéciales– que les rebelles et leurs alliés bombardent les quartiers résidentiels du centre de Taëz, ont expliqué les sources militaires sans fournir de bilan des combats.

Les forces loyalistes, qui ont poursuivi samedi le ratissage des zones reconquises vendredi, ont riposté à une contre-offensive des rebelles lancée dans la matinée dans la banlieue ouest de Taëz, selon ces sources.

La bataille pour la reconquête de la province de Taëz marque le pas depuis des mois.

A lire : Yémen : Une guerre « périphérique » qui a fait plus de 6.000 morts

Taëz est située entre la capitale Sanaa (nord), contrôlée depuis septembre 2014 par les Houthis, et Aden, déclarée « capitale provisoire » après sa reprise par les autorités reconnues par la communauté internationale.

Selon l'ONU, le conflit au Yémen a fait plus de 6.100 morts, dont près de la moitié de civils, depuis l'intervention militaire en mars 2015 d'une coalition arabo-sunnite menée par l'Arabie saoudite.

2016-03-08_Yemen_SITREP_1200

Au moins 57 morts

Des sources militaires ont déclaré que 37 membres de l'armée yéménite et des combattants Houthi alliés et six civils ont été tués dans des affrontements, hier vendredi 11 mars, sous les frappes aériennes de l'aviation saoudienne.

Quatorze militants fidèles à l'ancien président Abd Rabo Mansour Hadi ont également été tués. Les autorités médicales ont déclaré que la plupart des victimes ont été causées par des attaques aériennes saoudiennes.

La gouverneur Ali al-Maamari, pour la région de Taëz, a expliqué que des membres des forces pro-Hadi ont été capturés dans dans les banlieues ouest et sud de Taëz, y compris le quartier al-Misrakh.

Des témoins locaux, ont déclaré avoir vu des militants – présumé – « d'Al-Qaïda » enlevé un certain nombre de combattants Houthi à Taëz.

Sources : Afp, reuters, Agence Saba, Russia Today, L'Orient le Jour…