Affaire de trappes : Après Mickaël c’est à Cassandra d’être jugé

D’après Larédac’ à 15h54 le 29 Octobre 2013

Le procès de Cassandra Belin cette jeune femme qui avait subi des violences policières en compagnie de sa mère et de son mari, mari qui a déjà été jugé en septembre, va être jugé demain mercredi 30 octobre à Versailles. La jeune femme hésite à se rendre devant les juges, enlever son voile en serait une des raisons.

Le procès de Cassandra doit donc s’ouvrir mercredi matin devant le tribunal correctionnel de Versailles, dans un climat que l’on dit déjà sous tension. Pour rappel des faits Cassandra avait été contrôlé le 18 juillet 2013 par la police et c’est lors de ce contrôle pour connaître son identité, la jeune femme portant le voile intégrale, que les choses ont dégénéré. Cassandra est donc jugée pour « port d’une tenue dissimulant son visage » ainsi que pour « présomptions d’outrage » à l’encontre de trois policiers.

Selon son avocat sa présence ne serait pas certaine, en effet Me Bataille a déclaré  « enlèvera-t-elle son voile ? Je ne sais pas, mais j’aimerais qu’elle soit là« , de plus Cassandra aurait par précaution signé à son défenseur une lettre de représentation qui permettra de poursuivre l’audience si elle décidait de ne pas venir à son procès.

La plupart des faits qui lui sont reprochés à savoir les insultes dont les policiers disent avoir été victimes, ont déjà été décrites lors du procès de son mari en septembre dernier. Ces policiers étaient venus à la barre pour citer les différents propos qui auraient été dit le jour du contrôle de Cassandra. L’avocat des plaignants avait alors mis en garde « contre le refus affiché par le couple d’appliquer la loi pour motifs religieux » de plus « tolérer cela, c’est ouvrir la voie à un éclatement de la société, au communautarisme et à la violence » selon lui.

Mais qu’en est-il de Cassandra ? Hé bien elle a toujours nié depuis le début les accusations des policiers, elle nie avoir proféré des insultes à caractère religieux. Cependant elle reconnaît avoir lâché sous l’énervement un petit « ferme ta gueule ».

D’après LeFigaro le procès pourrait ne pas avoir lieu puisqu’en effet Me Bataille compterait déposer une question prioritaire de constitutionnalité pour ainsi demander l’examen par le Conseil constitutionnel de la loi de 2011 sur le voile intégral « la loi a été examinée par le Conseil constitutionnel avant son entrée en vigueur, donc sans l’épreuve des faits. Or il y a eu cinq circulaire d’application, ce qui veut dire que son application n’est pas évidente ». Me Bataille reproche à cette loi de ne pas avoir de « portée générale », et n’est pas dupe sur les raisons réelle d’une telle loi « on sait bien qu’elle vise principalement les musulmans, d’un autre côté, je ne suis pas convaincu que le port du voile porte atteinte à l’ordre public. »

Source : LeFigaro