Algérie : Ali Benflis accuse Bouteflika d’avoir lui-même décidé des résultats du scrutin

D’après Larédac’ à 10h30 le 25 Avril 2014

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, réélu pour un quatrième mandat, a décidé lui-même des résultats de l’élection présidentielle du 17 avril et du score à attribuer à chacun des six candidats, a accusé mercredi son principal adversaire Ali Benflis. 

Abdelaziz Bouteflika, âgé de 77 ans et arrivé en fauteuil roulant au bureau de vote, a « distribué les quotas et a refusé d’entendre parler d’un deuxième tour« , a déclaré Ali Benflis, en qualifiant la présidence issue du scrutin d’ »autorité de fait qui s’est imposée par un coup d’État constitutionnel« .

Le rival malheureux d’Abdelaziz Bouteflika a vivement critiqué le Conseil constitutionnel, qui a proclamé mardi le résultat définitif : le président sortant a été réélu pour un quatrième mandat de cinq ans par 81,49 % des voix, contre 12,8 % pour Ali Benflis. 

Ce dernier a estimé qu’environ six millions d’électeurs avaient voté, soit un taux de participation de 26 %, nettement moins que les 50,7 % officiellement annoncés. « J’ai recueilli 4 millions de voix« , et non 1,3 million comme annoncé officiellement, a affirmé Ali Benflis, en se présentant comme « le vainqueur politique et moral de l’élection« .

Le Conseil constitutionnel, dirigé par un proche d’Abdelaziz Bouteflika nommé l’été dernier, « a été rabaissé au rang de simple appareil mis au service exclusif du régime », a encore accusé Ali Benflis. « À quel objectif répondait réellement la nomination d’un proche parmi les candidats du régime ? Comment le Conseil constitutionnel a-t-il déclaré recevable une candidature dont le dossier médical est manifestement contraire à une réalité visible et connue de tous ? » s’est interrogé Ali Benflis.

« Le Conseil constitutionnel a couvert de son autorité légale et de sa caution morale une non-élection« , a-t-il insisté. Après avoir effectué sa carrière politique au sein du Front de libération nationale (FLN, majoritaire), dont il fut même le patron au début des années 2000, Ali Benflis compte désormais fonder un nouveau parti « dans un délai très proche« . « Je poursuivrai mon combat politique pour me mettre au service de cet élan populaire qui s’est manifesté clairement en faveur du projet politique » proposé pendant sa campagne, a-t-il expliqué.

Source : Afp, Al Watan, agences de presse algériennes