Amnesty dénonce les « crimes contre l’humanité » à Alep

L’armée commet des « crimes contre l’humanité » en bombardant de manière aveugle la ville d’Alep, a accusé mardi Amnesty International en critiquant aussi les « crimes de guerre » perpétrés par les rebelles.

Dans un nouveau rapport, l’organisation de défense des droits de l’Homme affirme que les raids incessants de l’armée de l’air contre l’ancienne capitale économique du pays en guerre ont contraint les habitants « à mener une existence souterraine« .

Elle condamne « les terribles crimes de guerre et autres abus commis quotidiennement dans la ville par les forces gouvernementales et les groupes de l’opposition« . « Certaines actions du gouvernement à Alep équivalent à des crimes contre l’Humanité« , selon elle.

Le rapport critique surtout le recours par le régime aux barils d’explosifs dans ses frappes, une arme dénoncée par les organisations de défense des droits de l’Homme comme particulièrement destructrice et qui tue de manière aveugle.

« En visant de manière délibérée et continuelle les civils, le gouvernement semble avoir adopté une politique insensible de punition collective contre la population civile à Alep« , affirme le directeur du programme Moyen-Orient/Afrique du Nord d’Amnesty, Philip Luther.

map on 1 mai 2015

A lire : En 5 mois, près de 2.000 civils ont trouvé la mort dans des raids sur Alep (Août 2014)

Ci-contre une carte au 1er mai 2015

Le président Bachar Al-Assad a toujours nié l’usage par son armée de telles armes, malgré les affirmations contraires des militants, des ONG et de pays occidentaux.

Le recours aux barils explosifs suscite « une terreur pure et une souffrance insupportable« , assure Amnesty.

L’ONG critique aussi les groupes rebelles présents à Alep, une ville divisée depuis 2012 entre l’est aux mains des insurgés et l’ouest contrôlé par le régime.

Le rapport assure que les rebelles ont commis des « crimes de guerre » en utilisant « des armes imprécises comme les obus de mortier et des roquettes artisanales fabriquées à partir de bouteilles de gaz surnommées (par les rebelles) « les canons de l’enfer »« .

Les projectiles, tirés régulièrement par les rebelles contre la partie occidentale de la ville, ont causé, selon Amnesty, la mort de 600 civils en 2014.

Durant la même année, les barils d’explosifs ont tué plus de 3.000 civils dans la province d’Alep, ajouté l’ONG.

Lire aussi : 31 morts dans des bombardements de barils à Alep et le foot pour oublier (Mai 2014)

2015.05.28-M10-Alep-3

La rapport fait également état, documents à l’appui, de « la torture à grande échelle, des détentions arbitraires et des enlèvements menés aussi bien par le gouvernement que par les groupes d’opposition armés« .

Face à l’insécurité, plusieurs hôpitaux et écoles ont choisi d’emménager dans des sous-sol ou des bunkers souterrains, selon l’ONG.

Amnesty, dans ce contexte, fustige l’incapacité de la communauté internationale à punir les abus et violations en Syrie, la décrivant comme « l’expression d’une froide indifférence » qui encourage l’impunité.

« La persistance de l’inaction est interprétée par les auteurs de crimes de guerre et contre l’Humanité comme un signe qu’ils peuvent continuer à tenir la population d’Alep en otage sans crainte de châtiment« , assure Philip Luther.

Il insiste pour que le conflit en Syrie soit transféré à la Cour pénale internationale afin que les belligérants « soient traduits en justice« .

Lire aussi : Alep, ville aux deux visages, entre boîtes de nuit et « route de la peur »

MSF déplore la fermeture d’un grand hôpital d’Alep bombardé

2015.05.28-M10-Alep-5

L’organisation Médecins sans frontières (MSF) a déploré mardi la fermeture de l’un des principaux hôpitaux d’Alep, dans le nord de la Syrie, en raison des dégâts provoqués par des bombardements et des raids aériens.

« Les nouvelles attaques contre les infrastructures médicales sont intolérables« , a réagi Raquel Ayora, directrice des opérations de MSF, dans un communiqué. « Nous appelons les parties en conflit à respecter les civils, les installations de santé et le personnel médical« . MSF affirme que l’hôpital privé al Sakhour a été bombardé à deux reprises la semaine dernière alors qu’il est l’un des deux hôpitaux existants dans la région d’Alep et qu’il soigne près de 400.000 personnes.

L’établissement est situé dans la partie orientale d’Alep tenue par les rebelles, qui est la cible régulière de bombardements et de raids de la part de l’armée syrienne. « Toutes les activités, y compris la chirurgie, sont arrêtées et il n’est pas clair quand et si l’hôpital pourra de nouveau reprendre ses activités. Son personnel est en train de procéder à une évaluation des dommages dans plusieurs parties du bâtiment« , a précisé MSF.

MSF fournit tous les trois mois des équipements et des médicaments à cet hôpital. La prochaine livraison était prévue en juin.

En juin 2014, cet hôpital avait déjà été fermé durant plusieurs semaines en raison des importants dommages causés par des raids de l’aviation gouvernementale. Amnesty international a accusé mardi, dans un rapport, les forces du régime de commettre des « crimes contre l’humanité » en bombardant de manière aveugle Alep.

Plus de 220.000 personnes ont été tuées en Syrie depuis le début du conflit, déclenché en mars 2011 par la répression par le régime d’un mouvement de contestation pacifique.

Source : avec Afp, Agence sana, L’Orient le Jour, Amnesty International, MSF……