Assad s’offre l’inspection d’une zone de combats pour le Nouvel an

D’après Larédac à 11h40 le 02 Janvier 2014

Le président syrien Bachar al-Assad a inspecté mercredi à l’occasion du Nouvel An un quartier de Damas théâtre de violents combats entre forces du régime et rebelles, espérant la « victoire » en 2015, selon la présidence.

Le jour même, dans ce quartier de Jobar, dans l’est de la capitale, au moins 25 soldats syriens et miliciens pro-régime ont été tués dans de violents combats contre les insurgés islamistes et la branche d’Al-Qaïda en Syrie, le Front Al-Nosra, rapporte jeudi l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Communication / Propagande afin de montrer qu’il est bien présent

La page Facebook et le compte Twitter de la présidence ont posté une photo prise mercredi soir montrant M. Assad souriant, portant une doudoune noire en train de parler avec deux militaires près d’un char et une autre photo sur laquelle il serre la main d’un soldat en treillis.

Des images diffusées par la télévision officielle le montrent par ailleurs en train de manger avec des soldats et parler avec eux, alors que des tirs peuvent être entendus.

« Avec l’avènement de la nouvelle année, le président Assad se trouve à Jobar, avec les soldats et les officiers de l’armée« , a indiqué la présidence, en référence à ce quartier soumis à de violents bombardements des forces du régime.

« S’il existe encore un peu de joie en Syrie, c’est grâce aux victoires que vous remportez face au terrorisme« , a affirmé aux soldats le président, qui se déplace rarement depuis le début du conflit en mars 2011. Le régime désigne par « terroristes » les rebelles qui cherchent à le renverser depuis près de quatre ans.

« L’avènement d’une nouvelle année est un espoir pour tout le monde, mais l’espérance la plus grande est la victoire de nos forces armées et de tous ceux qui ont combattu à leurs côtés« , a-t-il encore dit, selon des propos publiés par la présidence.

Depuis septembre, le régime, appuyé par des miliciens pro-régime et le Hezbollah chiite libanais, selon d’autre sources : il y aurait aussi des membres des forces « des gardiens de la révolution » iranienne; mène sa plus grande offensive visant Jobar, depuis sa prise par les rebelles à l’été 2013, pour éloigner toute menace rebelle sur Damas.

Jobar est en effet un verrou stratégique car si les rebelles franchissent la place des Abbassides adjacente, ils peuvent atteindre le coeur de la capitale. En outre, ce secteur ouvre du côté est sur la région de la Ghouta orientale, véritable bastion de la rébellion dans la province de Damas.

Après des manifestations anti-régime pacifiques réprimées dans le sang, la Syrie a sombré dans une guerre qui a fait plus de 200.000 morts selon une ONG syrienne.

Source : avec AFP, Reuters, Agence Sana