Au pays du soleil levant (aperçu de la pensée religieuse nippone) : Le Christianisme

Manuscrit d'un livre chrétien japonais produit pendant la présence de missionnaires jésuites au Japon

Nous revenons aujourd'hui avec la suite de l'aperçu de la pensée religieuse au pays du soleil levant proposé par le Dr Mansour. Nous continuons donc avec le Christianisme.

Lire ou relire : Au pays du soleil levant (aperçu de la pensée religieuse nippone) : Le Shintoïsme

Au pays du soleil levant (aperçu de la pensée religieuse nippone) : Le Bouddhisme

On compte près de 2% de chrétiens (avec environ autant de catholiques que de protestants) aujourd’hui, au Japon, et majoritairement représenté par une forte population d’origine des Philippines.

Le christianisme semble très marginal.

Son arrivée s'inscrit dans le mouvement des grandes découvertes et de l'expansion européenne qui a marqué la renaissance.

Perçu au premier abord comme une pensée religieuse nouvelle, porteuse d'innovations artistiques, techniques et conceptuelles, le christianisme fut l'objet d'une certaine mode, y compris parmi les classes aisées (il n'est ainsi pas impossible que la fameuse cérémonie du thé ait été élaborée en référence à la liturgie catholique. On connaît par ailleurs des images du shogun portant une grande croix autour du cou, sans doute comme élément décoratif).

Du fait de la compétition féroce que se livraient Portugais et Hollandais, les Japonais ont très vite compris, que ces derniers étaient l'avant-garde des armées occidentales. Le Christianisme sera plusieurs fois interdit, et il a ainsi connu une répression violente qui se poursuivit durant toute la période de fermeture que décidèrent les autorités shogunales (1603-1867).

Amakusa Shiro commandant de la rébellion chrétienne

Dirigée par un jeune homme de 16 ans ; Amakusa Shiro (1621-1638), éclate la rébellion Shimabara qui fait suite à des répressions et de lourdes taxes imposées par le nouveau daimyo de Shimabara, Matsukura Shigemasa (1574-1630), ainsi qu'une incessante cruauté contre l'importante population chrétienne dans la région.

La colère croissante contre un tel traitement a finalement abouti à une rébellion à grande échelle constituée de plus de 30.000 chrétiens, la plupart étant des paysans.

Néanmoins, une armée de près de 125000 hommes fût envoyé par le shogunat Tokugawa afin de mettre fin à la rébellion, et d’éliminer, et cela sans pitié, la presque totalité de la population chrétienne qui était impliquée dans la rébellion. Le peu de ceux qui survécurent, ont été presque immédiatement décapités, y compris Amakusa Shiro lui-même.

Les nouvelles autorités, les Meiji (1867-1912), autorisèrent de nouveau le Christianisme et ont re-instauré la réouverture du pays à l’extérieur, et principalement aux pays occidentaux et à leur culture.

Le Christianisme connaîtra un nouvel essor grâce à l'activité des missionnaires Protestants, en particulier de l'English et de l'American Board.

Son rôle, dans les premières années de l’ère Meiji (1867-1912), est souvent sous évalué : Il n'y a quasiment pas un intellectuel, pas un réformateur, pas un écrivain japonais qui ne soit passé, ou été influencé par la mystique christique : de par la figure et la personnalité du Jésus (Issa, paix sur lui) Christ et son sacrifice mythifié…

Prochainement insha Allah, l'Islam au pays du soleil levant….