Au Sénégal, les appels à la reconnaissance d’un État palestinien se multiplient

D’après Larédac à 20h02 le 06 Décembre 2014

Des diplomates, des chefs religieux et des intellectuels du Sénégal ont appelé jeudi, lors d’une conférence à Dakar, à la reconnaissance par l’ONU d’un Etat palestinien à côté de celui des zionistes.

« A quel droit se réfèrent ceux qui s’arrogent le droit de ne pas reconnaître l’Etat palestinien ? Un monde libre est un monde qui compte (en son sein) un Etat palestinien reconnu dans tous ses droits« , a lancé Aminata Diaw Cissé, chercheuse au Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (Codesria).

Ce centre de recherche coorganisait, avec l’Unesco, le Centre d’information des Nations unies (Cinu) au Sénégal et l’ambassade palestinienne à Dakar la conférence qui s’est tenue à l’occasion de la journée de solidarité avec le peuple palestinien, normalement célébrée le 29 novembre.

Photo : L’ambassadeur palestinien à Dakar, Abdarahim Al Farra

Plusieurs intervenants, dont des chefs religieux, d’anciens diplomates, des hommes politiques et des responsables de la société civile du Sénégal ont appelé à oeuvrer à la reconnaissance d’un Etat palestinien.

Evoquant l' »offensive » palestinienne » pour faire reconnaître l’Etat palestinien, l’ambassadeur palestinien à Dakar, Abdalrahmine Al Farra, a assuré: « Tant que ce conflit ne sera pas résolu, il n’y aura pas de paix et de stabilité dans le monde« .

Le représentant du ministre sénégalais des Affaires étrangères, Amadou Kébé, à « réaffirmé la solidarité du peuple et du gouvernement sénégalais aux Palestiniens« .

Il a rappelé que le Sénégal préside depuis sa création en 1975 le Comité de l’ONU pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien.

Les gouvernements successifs au Sénégal ont plaidé pour la reconnaissance d’un Etat palestinien.

Le 27 Novembre dernier : Le Professeur Babacar Samb (voir vidéo de 2011), directeur du Laboratoire d’études et de recherches du monde arabo-islamique contemporain de l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) a invité, jeudi (27 novembre 2014), à Dakar, les chefs d’Etat et de gouvernement qui seront présents au sommet de la Francophonie à user de leur influence pour la reconnaissance de l’Etat de Palestine par la communauté internationale.

« Il est temps, au moment où se tient le sommet de la Francophonie, d’appeler les chefs d’Etat et de gouvernement à ’user de leur influence au sein de l’OIF pour faire aboutir les revendications légitimes du peuple palestinien », a-t-il dit au cours d’une conférence publique sur la Palestine.

La rencontre organisée par Collectif de solidarité Sénégal-Palestine et l’ambassade de Palestine au Sénégal était axée autour du thème « Francophonie, Nations unies : Quid de la reconnaissance de l’Etat de Palestine ? ».

« La Palestine a droit à un Etat internationalement reconnu, dans des frontières sûres et reconnues par la communauté internationale« , a relevé le Pr Samb, invitant l’Union africaine et l’Organisation de la coopération islamique (OCI) à mener « ce combat pour la reconnaissance de l’Etat de Palestine« .

« Comment la Francophonie peut-elle défendre de tels idéaux (Liberté-droit de l’homme-démocratie-développement humain) et rester inactif par rapport au drame que vive le peuple palestinien ?« , s’est-il interrogé.

L’ancien ambassadeur du Sénégal en Egypte a par ailleurs interpellé l’Union internationale de la presse francophone (UIPF) à user des médias que domine l’Occident pour sensibiliser les populations sur les drames que vivent le peuple palestinien.

A l’endroit de l’état zioniste, l’ancien ambassadeur du Sénégal en Egypte a rappelé que « toute guerre finit par des négociations ».  »Il faut négocier concrètement, avec sincérité et ne pas mener une guerre de 100 ans », a-t-il martelé.

« L’intellectuel africain est un allié objectif de la cause palestinienne parce qu’en Afrique, nous avons connu la colonisation et l’apartheid« , a lancé l’historienne Penda Mbow, ministre-conseiller du président sénégalais Macky Sall.

Selon l’Autorité palestinienne, actuellement quelque 135 pays dans le monde reconnaissent l’Etat de Palestine.

Les Palestiniens sont depuis 2012 un Etat observateur à l’ONU. En 2011, ils avaient été admis en tant qu’Etat membre à l’Unesco, ce qui avait poussé les Etats-Unis à suspendre leurs versements à cette organisation internationale.

Source : avec Afp, reuters, APS (Agence de Presse Sénégalais), L’orient le Jour, Rfi