Barack « Oncle Tom » Obama tente de rassurer ses alliés du Golfe et simule sa fermeté vis à vis d’israël

Le président des Etats-Unis a reçu à dîner, mercredi 13 mai à la Maison Blanche, les chefs de délégation des six pays membres du Conseil de coopération du Golfe, avant de les retrouver ce jeudi à Camp David pour discuter de la sécurité dans leur région. Dans la matinée, mercredi, Barack Obama s’était entretenu dans le bureau ovale avec les représentants de l’Arabie saoudite : le prince héritier Mohammed ben Nayef et le prince Mohammed ben Salman, fils du roi et ministre de la Défense.

Barack Obama n’a pas tari d’éloge sur le rôle joué par l’Arabie saoudite dans la lutte contre l’état dit « islamique » (EI).

Il a mentionné quelques-uns des sujets qui seront discutés ce jeudi à Camp David, dont le Yémen, la Syrie et le contre-terrorisme. Mais il n’a pas fait allusion à l’Iran, qui est la véritable source d’inquiétude des monarchies du Golfe. Celles-ci craignent un Iran nucléaire de plus en plus dominant, mais elles s’inquiètent tout autant de ce qu’elles considèrent comme un désengagement américain au Moyen-Orient.

Le président américain va donc s’efforcer de les rassurer. Il a déjà commencé à le faire dans une interview à un quotidien saoudien, affirmant que ses négociations avec Téhéran ne signifient nullement qu’il baisse la garde face à la Téhéran, dont il a dénoncé les activités en Syrie, au Liban, à Gaza et au Yémen. Son argument pour justifier un accord sur le nucléaire iranien : imaginez ce que l’Iran pourrait faire s’il avait la bombe. Les pays du Golfe voudraient un engagement fort des Etats-Unis en leur faveur. Les analystes doutent qu’ils repartent vraiment satisfaits.

« Les Palestiniens méritent d’en finir avec l’occupation et les humiliations »

Photo de manifestation en Afrique du Sud

Pour ne pas échapper à la tradition de chaque président US, en fin de parcours donc en fin de mandat et donc avec aucune conséquence électorale (ce qui souligne le « courage »), le président Barack « Oncle Tom » Obama a « réitéré » – formule de pure forme – mardi sa mise en garde à l’état zioniste d’une réévaluation de la position américaine sur le conflit palestino-israélien si le nouveau gouvernement zioniste (qui est encore plus à droite de l’extrême si cela est encore possible : L’israélo-judéo-nazi selon Yeshayahou Leibowitch) ne s’engage pas concrètement pour la création d’un État palestinien.

« Les Palestiniens méritent d’en finir avec l’occupation et les humiliations quotidiennes« , a déclaré le dirigeant américain dans un entretien accordé au journal arabophone londonien Asharq al-Awsat. « L’Europe n’est pas la seule à envisager de réexaminer sa position avec israël« , a-t-il menacé.

« Je ne pourrai jamais renoncer à l’espoir de paix entre israéliens et palestiniens, et les Etats-Unis n’arrêteront jamais d’œuvrer pour réaliser cet objectif« , a déclaré Obama, détaillant ses attentes envers les Israéliens et les Palestiniens, au lendemain de la création d’un nouveau gouvernement israélien.

Fin mars, M. Obama avait menacé l’état zioniste d’explorer « d’autres options » afin d’empêcher que la région ne sombre dans le chaos et d’affirmé que « la colonisation israélienne » est un « facteur d’instabilité dans la région ».

Lire aussi : Explosion exponentielle des colons juifs (2013)

« Nous sommes attachés à la sécurité d’israël, mais il n’est pas possible de poursuivre cette voie éternellement, avec l’implantation de nouvelles colonies. C’est un facteur d’instabilité dans la région« .

Sources : Afp, Reuters, Washington Post, Haaretz, Rfi…..