Belgique : 80 personnes évacuées suite à une opération policière

D’après Larédac à 10h00 le 22 Janvier 2015

Cette descente de police dans la petite ville de Comines, à la frontière franco-belge, garde encore sa part de mystère. Les autorités n’ont pas encore précisé si cette opération avait un lien avec les récentes opérations antiterroristes menées en France et en Belgique.

Plus de 80 personnes ont été évacuées pendant plusieurs heures de leurs domiciles mardi en fin de journée à Comines, commune belge proche de la frontière française, dans le cadre d’une opération de police sur laquelle très peu d’éléments ont filtré dans l’immédiat.

L’évacuation d’une trentaine d’habitations a eu lieu vers 17h45 et les habitants ont pu regagner leurs domiciles peu avant 21 heures, a indiqué la police, citée par l’agence de presse Belga. Comines-Warneton, où l’opération s’est déroulée, est séparée par la frontière franco-belge de la commune homonyme de Comines, dans le département du Nord, en France.

« Ils ont été évacués dans un centre mis à leur disposition. Nous étions en nombre et tout s’est déroulé dans le calme, l’ordre et la manière. Je ne peux rien dire de plus, le parquet communiquera mercredi« , a déclaré un responsable de la police, le commissaire Sébastien Dauchy, cité par Belga.

Vidéo RTBF : http://www.rtbf.be/video/detail_intervention-a-comines?id=1986849

« Nous ne communiquons pas sur des rumeurs« , insiste le parquet belge.

Un substitut du parquet de Tournai, Frédéric Bariseau, a refusé de donner des détails sur l’opération belge, et notamment sur un éventuel lien avec une enquête antiterroriste. « L’opération a impliqué de nombreux services de police et nous ne communiquons pas sur des rumeurs« , a-t-il dit, cité par l’agence Belga.

Un communiqué devrait néanmoins être rédigé « mercredi matin« , a expliqué un représentant du procureur du roi, rapportait mardi soir le site du journal Nord Eclair. Toujours selon Nord Eclair qui ne cite pas de source, il s’agirait d’une « opération sur une possible planque« . Il était encore indiqué que « les démineurs n’ont rien découvert dans la maison« . A priori, cette descente aurait davantage à voir avec le milieu des trafiquants d’armes qu’avec les filières jihadistes, avance le journal. Cette perquisition serait en lien avec l’interpellation d’une personne mardi après-midi, dans la métropole lilloise, indiquaient les autorités belges.

La traque aux terroristes continue en Europe

Treize personnes ont été arrêtées dans le coup de filet antiterroriste en Belgique. Cinq ont été inculpées pour « appartenance à un groupe terroriste« . Trois d’entre elles ont été incarcérées et doivent comparaître mercredi devant la chambre du conseil de Bruxelles, une juridiction d’instruction qui devra décider de leur maintien en détention préventive.

Deux fugitifs ont également été arrêtés en France, et la Belgique a demandé leur extradition. Un autre suspect, soupçonné d’avoir des liens avec cette cellule, a été arrêté samedi à Athènes. Il a accepté d’être extradé vers la Belgique pour « prouver son innocence« . Enfin, l’un des deux hommes recherchés en Espagne après l’opération antijihadiste en Belgique, était en fait sous bracelet électronique en Belgique et s’est rendu mardi à la police locale, a indiqué le parquet.

Source : avec Afp, Reuters, Belga, RTBF