Birmanie : Les attaques anti-musulmans menacent les réformes politiques

D’après Larédac’ à 09h21 le 26 Octobre 2013


Les violences dirigées contre la minorité Rohingya en Birmanie alimentent un sentiment antimusulman susceptible de menacer les réformes politiques et économiques engagées après un demi-siècle de régime militaire, estime le rapporteur spécial de l’Onu sur la situation des droits de l’homme dans ce pays.

Selon le gouvernement, 192 personnes au moins ont péri en juin et octobre 2012 lors d’affrontements entre les Rakhine, de confession bouddhiste, et les Rohingya, considérés pour la plupart comme des immigrants clandestins originaires du Bangladesh.

Ces heurts ont provoqué des troubles dans le reste du pays où d’autres groupes de musulmans ont été attaqués. On estime que 5% environ des 60 millions de Birmans sont de confession musulmane.

« Le président (Thein Sein) a prononcé des discours louables sur la nécessité de faire preuve de confiance, de respect et de compassion entre personnes de confession différente et les groupes ethniques de Birmanie », a déclaré jeudi le rapporteur, Tomas Ojea Quintana, devant un comité de l’Assemblée générale chargé des droits de l’homme.

« Cependant, le gouvernement doit faire plus pour s’attaquer à la propagation d’opinions discriminatoires et protéger les communautés minoritaires vulnérables ».

 Vous pouvez retrouver tous les articles concernant les Rohingya dans la rubrique du même nom.

Source : EchoInternational