Birmanie : Nouvelle vague de violence à cause d’un accrochage en voiture [mise à jour]

D’après Larédac’ à 23h39 le 1er Octobre 2013 « mise à jour le 04 Octobre 2013 à 12h04 »

Le bilan des violences urbaines inter religieuses de Mardi s’est alourdi puisque d’après la police birmane ce n’est pas une mais cinq personnes de la communauté musulmane Kaman qui ont été tué dans ces affrontements  «Le bilan est monté à cinq morts, quatre hommes et une femme. Ce sont tous des musulmans (de la minorité ethnique) kaman», cela a été confirmé par un responsable Kaman du village qui a fait état du même nombre de morts. La police a souligné aussi que plusieurs bouddhistes avaient été blessés et un porté disparu. Source : LibérationMonde

La Birmanie a encore été le théâtre de violence inter-ethnique mais cette fois c’est la minorité musulmane kaman qui fait les frais de la colère haineuse et exagérée des bouddhistes radicaux où pour eux tous les prétextes sont bons pour tuer et piller la population musulmane. 

Il semblerait que les birmans bouddhistes n’aient pas entendu l’appel de leur chef spirituel le Dalaï Lama qui avait exhorté sa communauté au bon comportement et à se rappeler les enseignements du Bouddha lors d’une conférence à Prague au début du mois de septembre. 

Une musulmane a été tuée et des maisons incendiées lors de nouvelles violences communautaires mardi dans l’ouest de la Birmanie, a-t-on appris auprès de la police, alors que le président birman effectuait un visite inédite dans la région.

Une vieille femme a été tuée dans les affrontements et des maisons ont été incendiées lors de ces violences entre bouddhistes et musulmans, a précisé à l’AFP un responsable de la police.

La violence s’est ensuite étendue aux alentours, jusqu’à devenir meurtrière mardi, quand une foule de «800 Rakhines (bouddhistes) s’est rendue» dans le village où la vieille femme kaman a été tuée, a précisé un autre responsable de la police à l’AFP.

«Ils ont brûlé 18 maisons. Après quoi, la musulmane kaman de 94 ans a été poignardée», a-t-il ajouté.

Cette poussée de violence intervient alors que le président Thein Sein effectue depuis mardi une visite inédite dans cette région, a précisé un responsable de la présidence à l’AFP.

Après la capitale de l’Etat Rakhine, Sittwe, son agenda officiel prévoit un déplacement mercredi plus au sud à Thandwe, distant d’une vingtaine de kilomètres du village où la vieille femme a été tuée.

La présidence n’a pas précisé mardi soir si son déplacement était maintenu en dépit des violences.

Le responsable de la présidence a souligné qu’il s’agissait de la première visite dans l’Etat Rakhine du président birman.

Le président a comme mission première les violences inter-communautaires et rencontrera les autorités et des représentants des deux communautés, bouddhiste et musulmane, a-t-il ajouté.

Les attaques contre des maisons musulmanes auraient commencé ce week-end après un incident entre un automobiliste bouddhiste et un musulman de la minorité kaman, un des groupes ethniques officiellement reconnus par l’Etat.

L’Etat Rakhine a été le théâtre en 2012 de deux vagues de violences entre bouddhistes de la minorité ethnique rakhine et musulmans de la minorité apatride des Rohingyas, qui ont fait plus de 200 morts et 140.000 déplacés.

Les émeutes dirigées principalement contre les musulmans, accompagnées de campagnes menées par des moines bouddhistes radicaux, se sont ensuite propagées à d’autres parties du pays, faisant des dizaines de morts depuis le début de l’année.

Ces événements ont mis en lumière une islamophobie latente dans un pays majoritairement bouddhiste qui compte environ 4% de musulmans, et porté une ombre au tableau des réformes du gouvernement qui a succédé à la junte dissoute en mars 2011.

Source : AFP