Centrafrique : 27 musulmans tués par les milices anti-balaka

D’après Larédac’ à 21h03 le 13 Décembre 2013


Une milice anti-balaka, le 25 novembre 2013 dans le village de Mbakate, en Centrafrique.

REUTERS/Joe Penney

Le carnage continue en Centrafrique où 27 musulmans ont été assasiné par des milices d’auto-défense chrétiennes dans un village de l’ouest du pays, c’est ce qu’a déclaré vendredi à Genève une porte-parole du Haut Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme. Malgré les appels au calme et au rapprochement communautaire, en effet des habitants de la capitale centrafricaine commencent à organiser des réunions de réconciliation entre chrétiens et musulmans, les milices continuent d’assouvir leur vengeance.

En effet, Mme Ravina Shamdasani a déclaré à la presse « selon les informations que nous avons reçues, 27 musulmans ont été tués par des milices d’auto-défense, dites anti-balaka, dans le village de Bohong« , village se trouvant à 75 km de Bouar. Elle a continué son récit en décrivant « un cercle d’attaque et de représailles continues.« 

Le président de transition de la République Centrafrique a lui aussi plaidé à la réconciliation. Dans une déclaration faite hier jeudi 12 décembre Michel Djotodia a déclaré que la faute revenait à l’ancien président renversé, François Bozizé, selon lui il est le responsable des dernières violences « J’ai la conviction que notre priorité immédiate, c’est de trouver le ressort nécessaire dans cette tragédie pour réapprendre à vivre ensemble : chrétiens, musulmans, non croyants unis dans la forme laïque de notre République et la foi dans un avenir commun », a insisté Michel Djotodia

L’armée française sur place avec 1.600 hommes continue le désarmement des milices dites islamistes mais n’assure pas derrière la sécurisation des lieux laissant la population sans armes à la merci des milices anti-balaka qui ne cherchent qu’à se venger. Problème comme d’habitude dans ce genre de conflit religieux ou non, il y a des dommages collatéraux et la masse prend pour les coupables. Selon une estimation faite par l’ONU ce vendredi, ce conflit dramatique, un de plus, aurait fait déjà  600 morts et 159.000 déplacés !

Source : MaliActualité, RFI, LesEchos.fr