Centrafrique : Selon Samantha Power, les mosquées ont quasiment disparu du pays

La Centrafrique est ravagée par plus de deux ans de guerre, un conflit qui s’enlise laissant dernière lui des milliers de victimes et des millions de déportés en très grandes majorités des musulmans. Depuis l’indépendance du pays en 1960, celui-ci est profondément instable et en proie à des coups d’Etat et des guérillas récurrents. Le dernier épisode en date est le renversement, en mars 2013, du président François Bozizé par les rebelles de la Séléka. M. Bozizé avait lui-même accédé au pouvoir par un coup d’Etat, en 2003. Mais il n’a jamais été capable d’étendre son autorité sur le nord du pays, une région reculée et historiquement hors du contrôle du pouvoir central.

La Centrafrique est donc depuis ce temps ravagée par des affrontements religieux qui ont commencé par des exactions venant des rebelles de la séléka pour finir par des massacres horribles de la population musulmane par les anti-balakas, milice chrétienne créée pour se venger des sélékas. Au plus gros du conflit, la folie s’était emparée de la population anti-musulmane qui s’était laissée aller à des barbaries dignes de film d’horreur. En effet, des images insoutenables montraient des gens entrain de manger littéralement des musulmans, parfois en pleine rue !!!

La semaine dernière, l’ambassadrice des États-Unis à l’ONU, Samantha Powers, a déclaré qu’il ne restait quasiment plus de mosquées dans le pays !

En effet ce constat a été fait après une visite en Centrafrique il y a deux semaines du Conseil de sécurité de l’ONU. L’ambassadrice des États-Unis à l’ONU, Samantha Power, en a fait le compte-rendu au cours d’une conférence de presse le 17 mars dernier.

Lors de cette intervention, rapportée par le quotidien The Times Of India, la diplomate a rappelé que 5.000 personnes ont perdu la vie dans les affrontements religieux qui sévissent dans le pays depuis décembre 2013. Elle a également ajouté que les affrontements ont fait 1 million de déplacés de guerre sur les 4,5 millions d’habitants que compte le pays.

Une grande partie de l’intervention de Samantha Power a porté sur la situation des musulmans dans le pays. La diplomate a affirmé que 417 des 436 mosquées du pays ont été détruites et que les populations du dernier quartier musulman de Bangui, la capitale, sont « terrifiées ». À tel point que les femmes enceintes de confession musulmane, tellement effrayées, choisissent de donner naissance dans leur maison plutôt que de se rendre à l’hôpital !

Le monde laisse cette situation à l’abandon, trop occupé à s’essouffler contre l’EI, la sécurité dans le pays n’existe pas ou très peu. Les intérêts économiques des pays occidentaux sur place étant plus importants que les vies humaines. Dans ce sens, l’ambassadrice a fait part de son inquiétude en ce qui concerne le « vide sécuritaire » qui régne dans le pays. Vide créé par le départ des derniers 750 soldats restants des forces européennes, la France a elle annoncé une réduction plus que notable de ses forces avant la fin de l’année, et pour l’ONU, sur les 10.000 soldats de départ il ne reste que 80% de cette force sur place.

Le journal The Times Of India rapporte également que le Conseil de sécurité serait « favorable » à la demande du secrétaire général de l’ONU, Mr Ki-Moon, d’envoyer un millier de soldats supplémentaires en RCA.

Il a été aussi question de la « nécessité absolue » du désarmement de la population, chose qui a déjà été faite pour les rebelles de la séléka…. Qui une fois désarmés ont été sauvagement attaqués par les anti-balakas…

Source : The Time Of India

Photo : AFP