Créationniste ou évolu-créationniste ?

D’après Larédac’ à 13h39 le 21 Juin 2014

La semaine dernière s’est déroulé à Lyon du 13 au 15 juin un séminaire sur la science et la religion à la Grande Mosquée de Lyon en partenariat avec l’association Islam et Science. Ce séminaire avait pour but, entre autres, de démontrer les interactions entre les religions et la science moderne.

À ce séminaire se trouvait Noureddine Belhout directeur de la faculté des sciences islamiques de Paris.

Si pour la plupart des musulmans le créationnisme fait foi, il apparaît selon Mr Belhout que les musulmans seraient divisés sur la question.

En effet, au sein de la communauté musulmane mondiale, il y aurait les créationnistes purs et durs ainsi que ce que nous appèlerons les évolu-créationnistes qui n’excluent pas l’évolution (non-darwinnienne) par la création.

Interviewé par Lyon Capitale, Mr Belhout est revenu sur les débats dans le monde musulman entre créationnistes et évolu-créationnistes : 

Lyon Capitale : Que dit le Coran sur la création ?

Noureddine Belhout : Le Coran parle d’une création divine des êtres vivants. Tous les croyants sont en ce sens créationnistes puisqu’ils croient en un  Dieu « créateur » qui est à l’origine de la vie.

Mais ces savants musulmans se divisent quant à la compréhension des textes coraniques et des récits prophétiques (Hadiths) qui évoquent cette création :

– Les « vrais » créationnistes (au sens scientifique du terme) considèrent que les espèces ont été façonnées directement par Dieu, et séparément les unes des autres. Il n’y a pas de place chez eux pour l’évolution.

– Les autres pensent que Dieu façonne éventuellement ses créations selon un processus évolutif (il a créé un être qu’il fait évoluer), donc pour eux les théories évolutionnistes non-darwiniennes ne contredisent en aucun cas leur croyance, car l’évolution pourrait être un choix et une voie de la création.

Lyon Capitale : Comment se passe le débat sur l’évolution dans le monde musulman ?

Noureddine Belhout : L’opinion publique musulmane est divisée. Premièrement, une partie des musulmans est complètement indifférente à l’égard de ce sujet, notamment car la question n’a pas de conséquences sur leur quotidien.

Ensuite, les auteurs créationnistes ont toutefois beaucoup d’influence et ne cessent de gagner du terrain. Ils ont d’énormes moyens, publient des livres, donnent des conférences, entreprennent des campagnes publicitaires… : Harun Yahia est un des représentants connus de cette tendance, qui a les capacités de s’imposer auprès de l’opinion publique musulmane. 

Ils sont aidés par la position classique des savants musulmans, de l’école littéraliste principalement, qui est « créationniste ».

Enfin, on a une partie non négligeable composée d’intellectuels, d’étudiants et de scientifiques, qui n’ont aucun problème avec l’évolution. Des sondages dans le monde musulman ont confirmé cela.

Sur le plan académique officiel, on note que 22 pays musulmans ont signés en 2006 une convention académique pour l’enseignement de la théorie de l’évolution à l’université. Mais cette signature ne concerne pas encore les pays du Maghreb et du Moyen-Orient, où la question de l’évolution est une affaire classée ou n’est pas d’actualité.

Néanmoins, le débat continue dans les milieux intellectuels et estudiantins.

Lyon Capitale : Quelle est la position la plus enseignée dans les institutions, écoles et  mosquées françaises ? Est-ce que les imams se positionnent ?

Noureddine Belhout : La diversité des opinions des imams de la communauté musulmane française est à l’image de celle-ci : plurielle, comme la société française. La position de l’imam diffère selon les origines et sa formation, notamment théologique. Les créationnistes au sens strict du terme restent quand même majoritaires. Et cette affaire suscite beaucoup de questionnements et de débats, surtout chez les jeunes musulmans. Ils restent souvent perplexes entre l’enseignement public et ce qu’ils apprennent à travers les sources d’informations communautaires (sites web, cours dans les écoles confessionnelles…).

Fin d’interview.

Et vous vous en pensez quoi ? Allah est certes capable de toute chose !

Source : LyonCapitale