Des élèves juifs refusent que des femmes les surveillent pendant des examens

D’après Hamzatou à 10h40 le 11 Juillet 2013

       

Encore une affaire de plus concernant cette fameuse et fâcheuse laïcité à deux vitesses et ce sentiment d’impunité à l’égard de la communauté juive, il ne faut pas oublier encore une fois que tout cela est crédité par le gouvernement en la personne de Mr Valls qui avait rassuré les Juifs de France en leur disant qu’ils « pouvaient porter avec fierté leur kippa ».
Les faits se passent dans un collège de Saint-Denis au collège Pablo Neruda de Gagny où une cinquantaine d’élèves d’une école privée juive orthodoxe venant passer le brevet, ont refusé d’être surveillé par des femmes ! Comme dans l’affaire du professeur la direction s’est pliée à la demande.
Il faut savoir avant de continuer que le port de signes religieux pendant un examen est autorisé d’après la circulaire d’application de la loi du 15 mars 2004, le problème dans cette histoire c’est le cas de ces femmes surveillantes qui ont été remplacé parcequ’elles sont des femmes ! Le principe d’égalité, et particulièrement en ce qui concerne l’égalité entre hommes et femmes, inscrit à l’article premier de notre Constitution, ne vaudrait donc rien face aux exigences religieuses dès qu’il s’agit de la communauté hébraïque.
L’établissement a aussitôt remplacé les deux femmes prévues pour la surveillance par deux hommes sans broncher, c’est donc des enfants qui ont imposés à une administration république et laïque leur religiosité. On est en droit de se demander si cela avait été des jeunes frères de la oumma qui avaient passé cet examen avec cette requête, quelles réactions et sanctions auraient été mise pour ce genre d’affaire ? 

Source : Atlantico.fr via Lemag.ma

Mots-clés : Laïcité