Du Maynmar à la Malaisie, la traversée de Hussain Ahmad

D’après Larédac’ à 20h05 le 23 Juin 2014

Du Myanmar en Malaisie, la traversée de Hussain Ahmad…

Il y a six ans, Hussain Ahmad a traversé, et ce à la nage, la rivière Naf à la frontière entre le Myanmar et le Bangladesh, puis la Thaïlande par bateau et a fini par entrer illégalement en Malaisie à pied, une marche de plusieurs jours.

« Je n’avais rien à manger ni à boire« , a déclaré Hussain, 43 ans.

« Je n’avais pas d’argent, j’ai payé un passeur en Thaïlande afin de sécuriser mon passage en Malaisie.« 

Hussain était un agriculteur de riz, mais sa terre et d’autres biens lui ont été confisqués lorsque les autorités du Myanmar ont commencé à persécuter la minorité musulmane en 2001.

« L’armée, m’a expulsé avec ma famille. Les mains vides, nous avons été obligés de partir dans une autre province pour vivre« , dit-il.

Au milieu de ce long voyage, Hussain a perdu deux jeunes filles, dont une âgée d’à peine un an, à la suite d’une maladie.

« Chacun d’entre nous est tombé malade et nous avons été à l’hôpital. Les médecins leur ont donné des injections, mais ils sont morts moins d’une minute après« , a-t-il dit.

Après qu’ils ont été déplacés, Hussain et d’autres réfugiés ont été incapables de retrouver du travail. Réalisant avec son épouse, et ses trois autres enfants, qu’ils auraient à souffrir d’une sévère situation financière…

Hussain prend une décision et finit par demander de l’aide à ses amis et à la famille proche, afin de lui permettre de partir pour la Malaisie et de trouver du travail pour subvenir à sa famille….

Bien que cela soit fait, six ans après ce périple, et après six ans sans voir sa famille, Hussain explique qu’il ne peut pas retourner au Myanmar car il est passible d’une peine de prison allant jusqu’à 20 ans, pour avoir quitté illégalement le pays or les Rohingya ne sont pas reconnus comme citoyens par le gouvernent du Myanmar ou alors quand cela les arrange.

« Je pense à ma femme et mes enfants chaque minute. Je m’inquiète pour leur sécurité et leur subsistance, et que je ne serai pas là pour m’occuper d’eux si quelque chose se passait« , a-t-il ajouter.

Il reste maintenant à Cheras, où il est poseur de tuiles pour vivre.

Hussain, qui est capable de parler le malais de base, a déclaré qu’il était bien plus heureux en Malaisie, car ici on l’a accepté et on lui a permis de travailler.

Il a été accueilli lors d’une manifestation en commémoration de « la Journée mondiale des réfugiés » à la Mosquée de Cheras « Taman Utama » hier. Une centaine de réfugiés Rohingya étaient également présents.

Zafar Ahmad Abdul Ghani président  de l' »Organisation des droits de l’homme en Malaisie » a appelé les Nations Unies (ONU) à augmenter la pression sur le gouvernement du Myanmar afin de cesser de persécuter les Rohingyas.

Il a ajouté que des milliers de Rohingya sont morts au Myanmar et dans les pays frontaliers, comme la Thaïlande et le Bangladesh.

« L’ONU et les organismes, tels que l’Organisation de la Conférence islamique devraient user de leur influence politique pour traiter avec le gouvernement du Myanmar et arrêter le génocide qui s’y passe« , a-t-il déclaré.

Source : Associated Press, Reuters, www.themalaymailonline.com