Égypte : La sentence de Mohamed Badie confirmée

Un tribunal égyptien a confirmé samedi les peines de mort prononcées à l'encontre du chef des Frères musulmans Mohamed Badie et de 11 autres personnes reconnues coupables d'avoir cherché à déstabiliser l'Etat et planifié des attaques. Ceci va certainement clore la « chasse à l'homme » du gouvernement Al Sissi depuis le coup d'État contre celui qui fut le premier président élu démocratiquement en Égypte, Mr Morsi, ainsi que ses partisans de la Confrérie des Frères musulmans.

Mascarade judiciaire : Le guide suprême des Frères musulmans re-recondamné à la prison à perpétuité en septembre 2014

Deux autres personnes ont également été condamnés à mort par contumace. Les condamnés peuvent faire appel devant la Cour de cassation.

Le tribunal a rendu son verdict après avoir soumis au grand « mufti » d'Egypte (voué à la cause du « maréchal » président Al-Sissi), comme l'exige la loi, ces condamnations à mort prononcées le 16 mars. L'avis de cette autorité religieuse est sollicité à chaque fois qu'une peine de mort est prononcée, mais il n'est pas contraignant pour la justice.

Toujours dans la même affaire, 23 personnes ont été condamnées à la prison à vie, dont un jeune citoyen égypto-américain, Mohamed Soltan, détenu depuis août 2013 et actuellement en grève de la faim. Son père, Salah Soltan, fait partie des 11 condamnés à mort.

Onze autres personnes ont été condamnées par contumace à la prison à vie.

En mars dernier déjà : 22 Frères musulmans dont le guide suprême condamnés à mort

Depuis que le président Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, a été destitué par l'armée en juillet 2013, ses partisans sont la cible d'une véritable chasse aux sorcières et d'une sanglante répression policière, et les autorités sont accusées d'instrumentaliser la justice dans leur lutte implacable contre les désignés islamistes.

Les 48 condamnés de cette affaire sont accusés d'avoir établi un « centre d'opérations » en vue de « préparer des attaques contre l'Etat« , au moment où les partisans de M. Morsi observaient un immense sit-in au Caire sur la place Rabaa al-Adawiya.

Lire aussi : Le chef des Frères musulmans une nouvelle fois condamné à mort en juin 2014

Ce rassemblement avait été dispersé dans le sang le 14 août 2013 et plus de 700 manifestants appelés islamistes par une grande majorité ont été tués dans l'opération des forces de l'ordre, « l'une des plus grandes tueries de manifestants en une seule journée dans l'histoire récente » selon l'organisation des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW).

Dans les mois qui ont suivi la destitution de M. Morsi, des centaines de manifestants islamistes ont été tués dans la répression. Au moins 15.000 pro-Morsi ont été arrêtés et l'ONU a critiqué des centaines de condamnations à mort prononcées dans des procès de masse expéditifs.

La Cour de cassation a récemment annulé des dizaines de ces condamnations à mort.

M. Badie a déjà été condamné à mort dans un autre procès pour violences, mais il est actuellement rejugé dans cette affaire. Il a également été condamné quatre fois à la perpétuité dans d'autres procès.

Source : avec Afp, Reuters, Associated Press, L’orient le Jour, Al Watan, Nil Tv, Ahram