EI : Compte à rebours lancé pour l’otage japonais et jordanien

D’après larédac à 15h58 le 28 Janvier 2015

L’état dit « islamique » (EI) a menacé d’exécuter dans les 24 heures un otage japonais et un pilote jordanien si Amman ne libérait pas une présumée « jihadiste » irakienne emprisonnée et condamnée à mort, selon une vidéo diffusée mardi.



Image extraite d’une vidéo diffusée sur YouTube le 27 janvier 2015 montrant le Japonais Kenji Goto tenant une photo présentée comme étant celle du pilote jordanien Maaz Al-Kassasbeh

La vidéo, mise en ligne sur les sites identifiés comme « jihadistes », montre une photo de l’otage japonais Kenji Goto tenant la photo du pilote jordanien capturé par l’EI, Maaz al-Kassasbeh, avec la voix supposée de Goto formulant la menace.

Âgée de 44 ans, Sajida al-Rishawi est détenue dans une prison jordanienne depuis sa condamnation à mort en septembre 2006, pour des faits de terrorisme remontant au 9 novembre 2005. 

Ce jour-là, trois attentats suicide, commis notamment par son mari, avaient dévasté trois hôtels d’Amman, faisant 60 morts.

Kenji Goto, journaliste indépendant, est vraisemblablement retenu depuis fin octobre et le pilote Maaz al-Kassasbeh a été capturé le 24 décembre après le crash de son F-16 au dessus de la Syrie, où il menait un raid sur des positions de l’EI dans le cadre de la coalition internationale « anti-jihadistes ».

Dans une vidéo publiée 20 janvier, l’EI réclamait au gouvernement japonais une rançon de 200 millions de dollars sous 72 heures pour relâcher Goto et un autre otages japonais Haruna Yukawa. Faute d’avoir obtenu satisfaction, le groupe a annoncé samedi avoir exécuté Yukawa et réclame depuis la libération de la prisonnière irakienne.



Photo Afp : Des proches de Maaz al-Kassasbeh, le pilote jordanien otage du groupe EI, manifestent à Amman pour sa libération

Le Japon indigné mais démuni devant les nouvelles menaces

Le Japon juge abjectes les nouvelles menaces de l’état dit « islamique » (EI) sur un otage nippon, mais, à quelques heures de l’expiration de l’ultimatum, Tokyo est forcé de s’en remettre à la Jordanie pour sauver la vie du journaliste Kenji Goto et d’un pilote jordanien.

« Ce sont des menaces tout à fait ignobles et je ressens une profonde indignation« , a déclaré le Premier ministre Shinzo Abe aux journalistes à l’issue d’une brève réunion de son gouvernement.

Et d’ajouter : « nous sommes dans une situation extrêmement difficile et j’ai demandé aux ministres d’agir de façon unie pour faire libérer au plus tôt M. Goto« , retenu par les combattants de l’état dit « islamique » (EI).

Source : avec Afp, Reuters, Arab Pressnetwork, Iraq Today