États-Unis : Des citoyens viennent en aide à la communauté musulmane

D’après Larédac’ à 11h46 le 24 Mars 2014

Pour faire preuve de solidarité envers la communauté musulmane, des citoyens se sont portés volontaires pour enlever les graffitis haineux qui recouvraient les murs de l’institut islamique de la région des Appalaches située dans le New Jersey.

Michael Parks, Derek Zeigler, ainsi que Barbie Dobbins, ont donc donné beaucoup de leur temps pour faire en sorte que les murs de la mosquée soit nettoyées, nous apprend le site ptonline.net.

Mais alors que les habitants aient fait preuve d’une intense solidarité en 2001, aucun habitant ne s’est manifesté pour apporter son aide suite aux attaques de 2013.

Il décide alors de prendre la route et d’acheter des fournitures pour procéder au nettoyage avant de se diriger vers la mosquée. Il a par la suite été rejoint par deux autre volontaires, Derek Zeigler et Barbie Dobbins.

Ce crime nous fait vraiment mal à tous. Nous devons résister à ce genre de d’intimidations  ; a-t-il également déclaré.

Le lieu de culte avait déjà été vandalisée le 11 septembre 2001, peu de temps après les événement du World Trade Center, ainsi que le 16 décembre 2013.

«  En 2001, il y avait une énorme vague de soutien de la part des citoyens, et tout le monde s’est réuni pour nous aider à restaurer notre mosquée. Cette fois-ci, personne ne s’est présenté  », a déclaré un membre du comité exécutif du centre islamique.

Cette histoire a été publiée en début de semaine dernière, et Michael Pars qui effectuait une recherche sur le web, est tombé par hasard sur cette déclaration.

Bien qu’ils aient enlevé une bonne partie des graffitis, ils n’ont hélas pas réussi à éliminer complètement les dommages causé. Barbie Dobbins a fait savoir qu’elle espérait qu’un magasin spécialisé dans la vente de peinture accepte de faire un don de peinture pour couvrir l’extérieur de l’immeuble afin de le restaurer.

«  Je ne comprends pas comment quelqu’un puisse prendre du temps de sa journée pour exprimer ainsi sa haine  » ; a déclaré Michael.

Abdul Piracha, un membre éminent de la communauté islamique locale, qui était hors de la ville au moment où le trio de bénévoles a entamé son initiative, s’est dit profondément attristé par la profanation de la mosquée. 

Source : Article HalalBook