Gaza est plus qu’une ville

D’après le Dr Mansour pour TEPA à 11h00 le 26 Juillet 2014

 

Gaza : Est plus qu’une ville. 

Gaza se confond avec le pays de la Philistie (les Philistins appeler aussi le peuple des mers), territoire aux confins du Levant sud, ouvert à l’Égypte. Gaza n’est pas encore égyptien et n’est plus vraiment la Palestine. 

La ville fut pendant plus de 1 500 ans le débouché de la route terrestre qui, traversant l’Arabie, touchait à l’océan Indien. Son commerce lui fut donc source d’une grande prospérité. La ville de Gaza fut la première de Palestine nommée dans l’histoire, dans les archives égyptiennes du Bronze récent ; elle fut la première ville de Palestine à battre la monnaie. 

Elle eut, au VIe siècle ap. J.C., son école de rhétorique dont la réputation allait jusqu’à Athènes. Les origines de son commerce sont anciennes. Le Wadi Ghazzah était, jusqu’à il y a peu, un ruisseau pérenne et le cabotage égyptien devait y faire relâche pour son eau douce et ses produits frais. 

Peu de doute que c’est de là, qu’à la haute époque était embarqué le bitume apporté par caravane depuis la mer Morte. L’Égypte en était grand consommateur pour les momifications. Le commerce du bitume a fait la percée de l’arrière-pays vers la mer. 

Les travaux franco-palestiniens à Tell Sakan, au débouché du Wadi Ghazzah ont montré que l’urbanisation à la fin du 4e millénaire avait été faite sous l’impulsion de l’Égypte pré-dynastique, attirée par le blé et le vignoble de Gaza… (Bientôt une histoire de gaza plus développés inchallah)