Indonésie : Des cas de violences sexuelles révélé à l’encontre de mineurs

D’après Larédac’ à 12h00 le 31 Octobre 2013


Dans un pays où les violences sexuelles et autres viols ne sont pas reconnu voire tabou et où les victimes ne sont pas écoutées et souvent incomprises cette annonce sonne comme un gros coup de pied dans la fourmilière. 

Tout d’abord un peu de chiffres, en 2012, la commission nationale sur les violences a indiqué dans son rapport annuel que chaque jour « vingt Indonésiennes étaient victimes de violences sexuelles ». Les associations de lutte appellent le gouvernement à revoir la législation sur ce sujet car elle est jugée non adaptée à la réalité.

Revenons sur la polémique qui choque l’Indonésie, d’ailleurs nous en sommes pas moins choqués aussi aux vues de l’information et des gens concernées.

La presse indonésienne a donc révélé plusieurs cas de violences sexuelles à l’encontre de mineurs. Là où il y a scandale, c’est que ces viols ont été commis par des professeurs de Coran

Le premier cas a été déclaré à l’est de Jakarta et concerne un enseignant de 54 ans, marié, ayant abusé sexuellement et de plus mis enceinte une jeune fille de 15 ans. L’homme a été interpellé par la police et a avoué les faits qui lui été reproché.

Une autre affaire se situe dans la province de Java-Centre, précisément à Temanggung. Là un homme du nom de Nurokhim a abusé de son statut de professeur, lui aussi de Coran, pour assouvir ses penchants sexuels sur six de ses élèves ! L’homme demandait à ses victimes de rester après les cours de Coran pour nettoyer la classe. La Gloire est à Dieu ! Comment peut-on agir ainsi après avoir donné des cours du livre de Celui qui voit tout ?!

Autre endroit même perversion, même profil. Ternate, une île située dans l’est de l’Indonésie un homme prénommé Akhmad Basir, enseignant dans un pensionnat islamique de son état, âgé de 56 ans, a forcé cinq de ses élèves à avoir des relations sexuelles avec lui, il a été arrêté.

Encore un autre cas, à Cakung, à l’est de Jakarta, cette fois-ci, l’homme nommé Abdul Aziz Salam, qui lui aussi est professeur de Coran, a violé pas moins de quinze pauvres élèves sans défense entre décembre 2012 et avril 2013. Ne connaît-il pas la signification de son prénom ?

Dernier cas à Tangerang où Mohammed Firman, 25 ans, professeur de Coran à la mosquée de la ville, est accusé de viol sur une mineur de 14 ans. Ce viol a été dénoncé par la soeur de la victime après avoir lu dans son journal intime tous les détails sordides de chaque viol subi par son professeur.

Comment peut-on être professeur du livre saint et faire ce genre de chose horrible à des enfants qui leur font confiance ? Si ce n’est que vous n’avez pas assimilés ou compris quoi que ce soit de ce que vous essayer d’inculquer aux autres ou que votre coeur est loin de ce que votre bouche dit.