Irak : Les élections législatives sous les attentats

D’après Laredac à 12h49 le 14 Avril 2014

Affiches pour les élections du 30 avril, place Kahramana à Bagdad, en Irak

Depuis le début de l’année, ces violences ont fait plus de 2.500 morts en Irak, un niveau qui n’avait plus été atteint depuis cinq ans, à quelques semaines des élections législatives prévues le 30 avril.

Le mécontentement de la minorité sunnite et le conflit en Syrie voisine alimentent les violences, qui ont atteint ces derniers mois des niveaux sans précédent depuis cinq ans.

Diplomates et experts ont appelé le gouvernement à tendre la main à la minorité sunnite, mais à l’approche des élections, le Premier ministre chiite Nouri al-Maliki cherche plutôt à afficher sa fermeté tandis que ses forces ne parviennent pas à contenir les violences.

Mercredi 9 avril 2014

Six attentats à la voiture piégée ont secoué des quartiers à majorité chiite de Bagdad mercredi, faisant au moins sept morts et plus de 30 blessés, a-t-on appris auprès de responsables de la santé et de la sécurité.

Les attentats ont eu lieu vers 10H00 (07H00 GMT) dans cinq quartiers à majorité chiite, alors que la journée de mercredi marquait le 11e anniversaire de la chute de Bagdad lors de l’invasion américaine de mars 2003 qui a mis fin au régime de Saddam Hussein.

Vendredi 11 avril 2014

Une série d’attaques, dont des fusillades et des attentats à la voiture piégée, ont fait plus de 20 morts jeudi 10 avril à travers l’Irak, pays plongé dans les violences à l’approche des élections, selon des responsables.

Jeudi, des hommes armés ont ouvert le feu sur un groupe de jeunes chiites au nord de Bagdad, tuant six personnes, ont annoncé un colonel de police et un médecin.

Toujours au nord de la capitale, un homme a abattu un capitaine de l’armée sur un marché à Baqouba, et une femme a été tuée par une bombe sur la route près de cette même ville.

Dans Bagdad, une voiture piégée a explosé près d’une boulangerie dans le quartier majoritairement chiite de Sadr City, faisant au moins six morts et 18 blessés, selon des responsables.

Une autre voiture piégée a explosé près d’une station-service dans un quartier de l’est de la capitale, faisant au moins sept morts et 35 blessés.

Dans le nord du pays, un membre de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) a tué son père, apparemment parce que ce dernier refusait de quitter un groupe rival, selon des sources de sécurité.

Dimanche 13 avril 2014

Plusieurs attaques, dont un attentat suicide visant un point de contrôle, ont fait 17 morts dimanche dans des localités du nord de l’Irak, où les violences ne connaissaient pas de répit à moins de trois semaines des élections, selon des responsables.

Sept membres de la police, dont un officier, et quatre civils ont été tués et 18 autres personnes ont été blessées dans un attentat suicide à la voiture piégée contre un point de contrôle dans la région pétrolière multi-communautaire de Kirkouk, à 240 km au nord de Bagdad, a précisé un responsable de la police locale.

A la suite de cette attaque, une foule en colère a mis le feu à un tribunal et à cinq maisons, dont celle d’un colonel de police et d’un juge. Les forces de sécurité font régulièrement face à des foules excédées par leur incapacité à protéger la population des violences, mais il est rare que des bâtiments soient incendiés dans ces accès de colère.

Dans la région de Souleimane-Bek, à 175 km au nord de la capitale, les autorités locales ont fait état d’une attaque contre la maison d’un officier.

Les assaillants ont tué par balles le père et le frère de l’officier et blessé deux femmes. « Ils ont en outre abattu un membre de la milice anti-Qaïda des Sahwa qui se trouvait sur les lieux », selon la même source.

Dans la région de Doujaïl, à 60 kilomètres au nord de Bagdad, une bombe placée en bord de route a explosé, tuant trois personnes et en blessant six autres.

Les violences sont alimentées par le mécontentement de la minorité sunnite et le conflit en Syrie voisine.

Source : Afp, Reuters, RFI, Irak today, al-hodaonline