Irak : Un nouveau Président pour le pays et le calife fait des fatwas

D’après Larédac’ à 16h37 le 25 Juillet 2014

Le Parlement irakien a élu jeudi le Kurde Fouad Massoum président de la République, alors qu’une attaque contre un convoi escortant des prisonniers a fait au moins 60 morts au nord de Bagdad, dans un pays au bord du chaos.

La première tâche de M. Massoum sera de choisir un Premier ministre qui devra tenter de sortir le pays de sa plus grave crise depuis des années alors que des insurgés sunnites menés par l’Etat islamique (EI) contrôlent depuis juin des pans entiers du territoire.

Le président du Parlement, Salim al-Joubouri, a annoncé que M. Massoum avait remporté 211 voix contre 17 pour son rival au second tour, Hussein al-Moussawi.

Selon une règle coutumière (non écrite), le poste de président de la République, principalement protocolaire, est occupé par un Kurde, tandis que le président du Parlement est un sunnite et le Premier ministre un chiite.

M. Massoum, un septuagénaire vétéran de la politique irakienne succède à Jalal Talabani, 80 ans, rentré en Irak la semaine dernière après 18 mois d’hospitalisation en Allemagne.

Il choisira un Premier ministre au sein du bloc de l’actuel chef du gouvernement Nouri Maliki, arrivé largement en tête lors des législatives d’avril mais sans majorité claire.

L’état islamique décrète une Fatwa ignoble et oblige les femmes à se couvrir le visage

Ce groupe, déjà accusé de nombreuses exactions dont des lapidations et décapitations, a ordonné que toutes les femmes âgées de 11 à 46 ans soient excisées, une pratique qui n’est pas courante en Irak (ni dans l’Islam d’ailleurs), a déclaré la numéro 2 de l’ONU dans le pays.

« C’est une fatwa de l’EI, nous venons d’en être informés« , a déclaré depuis l’Irak Mme Jacqueline Badcock lors d’une videoconférence organisée à Genève.

Autre mesure du califat, le nouveau code vestimentaire pour les femmes de Mossoul, qui dorénavant seront dans l’obligation de porter un voile couvrant le visage.

Si les femmes de Mossoul ne font ce que dit le calife, elles s’exposent à un châtiment sévère.

« Ce n’est pas une restriction de la liberté des femmes, il s’agit de les empêcher de tomber dans l’humiliation et la vulgarité » explique l’EI dans un communiqué officiel. Le nouveau calife dit vouloir protéger ces femmes des regards.

« Quiconque ne se tient pas à son devoir et ne cherche que la séduction devra répondre de ses actes et sera sévèrement puni afin de protéger la société de toute nuisance, maintenir les impératifs religieux et la protéger de la débauche« .

Pour informer de sa nouvelle réforme, l’EI a envoyé des hommes armés voir un imam de Mossoul pour l’obliger à lire cette déclaration devant les fidèles réunis à la mosquée !

En fait, l’EI attend aussi des femmes qu’elles se couvrent pieds et mains, qu’elles privilégient des vêtements amples et qu’elles ne portent pas de parfum, et cela vaut aussi pour les mannequins des vitrines des boutiques de vêtements !!!!

Il faudra désormais à la femme de Mossoul un tuteur pour sortir car elles ont interdiction de marcher sans être accompagnées dans la rue.

L’EI tente de bannir toute référence non-islamique

L’EI a pour objectif de faire fermer tout ce qui n’a pas de référence avec l’Islam, pour ce faire les hommes du calife auto-proclamé ont déjà fermé une école de beaux-arts et une école d’éducation physique de Mossoul. 

La destruction des statues a aussi commencé avec celles de poètes célèbres, dans la foulée ils ont aussi interdit la cigarette et le narguilé !

Livraison d’Armes pour l’Irak

Pour faire face aux avancées des insurgés, qui ont déclaré un « califat islamique » sur les territoires qu’ils contrôlent en Irak et en Syrie, Bagdad a demandé l’aide de l’étranger.

Le ministre de la Défense Saadoun al-Doulaimi se trouvait jeudi à Moscou pour évoquer la coopération militaire entre les deux pays. Dans le même temps, le général américain Lloyd Austin était à Bagdad.

La Russie a commencé la livraison d’hélicoptères de combat et d’avions de chasse à l’Irak, a rapporté une source dans le secteur des exportations militaires russes, cité par l’agence Interfax.

Outre les 600.000 personnes déplacées par les violences, les avancées des insurgés ont eu des répercussions sur l’économie. L’Irak a exporté 2,4 millions de barils de pétrole par jour en juin, a annoncé le ministère du Pétrole, qui avait misé sur 3,4 millions bpj pour cette période.

Source : Afp, Reuters, New York Time, l’Orient le Jour, Irak today, al-hodaonline,, Washington Post, Russia Today, Press Tv