israël : Bibi veut un État encore plus « Juif » que « Juif »

D’après Larédac à 18h38 le 21 Novembre 2014

Bibi déborde d’imagination depuis quelques jours, en effet, il a assuré qu’il ferait voter à tout prix un projet de loi qui est déjà controversé renforçant le caractère « juif d’Israël« , une simple tentative d’ancrer plus à droite sa coalition gouvernementale afin d’empêcher un naufrage annoncé, selon les médias.

« Dimanche, nous allons mettre le projet de « Loi sur la Nation » sur la table du gouvernement. J’insiste sur sa nécessité, cette loi doit passer« , a déclaré en début de semaine le Premier ministre israélien, au lendemain d’un report du vote.

Selon ce projet, l’état zioniste ne serait plus défini dans les Lois fondamentales, qui font office de Constitution, comme Etat « juif et démocratique » mais comme « l’Etat national du peuple juif ». Une nuance très intéressante, car cela laisse supposer que cela ne concernera pas tous lesdits « juifs »; vue le statut de statut des Falashas (juifs éthiopiens), qui subissent une politique discriminatoire quotidienne (programme de stérilisation, refus de soin, etc etc). Un racisme anti-africain revendiqué par un très grand nombre de Juifs orthodoxes, crédité et facilité par le gouvernement sioniste.

Pour certains, il s’agit d’une institutionnalisation de la discrimination à l’encontre de la minorité arabe israélienne.

Pour King Bibi, c’est une réponse « à tous ceux qui doute du droit des Juifs à un Etat-Nation à eux« .

Déjà mal en point depuis des mois, la coalition de Netanyahu se déchire autour de ce projet.

« Sans cette loi, il n’y a plus de coalition, elle est en train d’imploser« , a menacé lundi le ministre de l’Economie, Naftali Bennett, du parti nationaliste religieux et pro-colonisation le « Foyer juif« .

Les ministres du centre s’inquiètent eux du caractère « dangereux » et « antidémocratique » du projet. La ministre de la justice Tsipi Livni (HaTnoua) a été jusqu’à faire repousser le vote, initialement prévu dimanche.

Alors que planent les menaces de dissolution, le Premier ministre est allé lundi jusqu’à convoquer, puis annuler, une réunion de son parti –le Likoud– sur la tenue d’élections anticipées.

Selon les commentateurs, M. Netanyahu espère en fait gagner sur les deux tableaux avec cette loi : soit faire pencher la coalition à droite pour la maintenir, soit grignoter des voix à ses adversaires lors d’élections anticipées si sa coalition fait naufrage.

Des responsables du Likoud ont en effet affirmé au journal Maariv que « dans les circonstances actuelles« , Netanyahu ne gagnerait pas plus de 18 sièges à la Knesset (sur 120) en cas d’élections anticipées et aurait ainsi « beaucoup de mal » à garder son poste.

Pour la presse, ce projet controversé serait une façon pour le Premier ministre d’entrer officieusement en campagne.

« Quand il y a des élections dans l’air, il (Bibi) ressent le besoin irrépressible (…) de s’adresser aux éléments les plus extrémistes de son électorat« , écrit lundi le journal Yediot Aharonot.

« Il doit être plus colon que Bennett et plus anti-Arabe que Lieberman (chef de la formation ultranationaliste Israël Beiteinou) » résume Nahoum Barnéa, l’éditorialiste vedette du journal en évoquant deux des adversaires politiques les plus dangereux du Premier ministre.

Source : avec Reuters, Jerusalem Post, Haaretz, Ynet, Tribune juive