Israël : L’appel à la prière associé à des cris de porcs

D’après Larédac’ à 09h00 le 18 Février 2014

Les discussions sont déjà difficiles et tendues dans le conflit interminable palestino-israélien (pour prendre le bon terme), mais quand un vice-président d’une municipalité attise la haine dans des territoires occupés grandement sous tension avec des propos irrespectueux envers les Palestiniens mais aussi envers les musulmans, on se demande quel intérêt peut-on retirer de cela pendant des négociations de paix, sauf si on met sur la balance l’orgueil et l’arrogance dont font preuve naturellement les politiciens israéliens et là cela prend tout son sens. 

Le nouveau dérapage verbal vient de Yulia Straam, vice-présidente de la municipalité de la ville de Haïfa, qui lors d’une réunion du conseil municipal a demandé que l’appel à la prière soit expressément arrêté dans les mosquées de la ville car selon lui les porcs feraient déjà assez de bruits pour ne pas en rajouter. Cet homme associe les muezzins à des porcs ! 

Le second vice-président de la ville, Suhail Asaad, choqué par ses dires, a qualifié son homologue de raciste et d’insouciante et il lui a demandé de présenter ses excuses, mais celle-ci a refusé catégoriquement.

Puisque le vice-président ne veut pas s’excuser, Jamal Khamis, délégué de l’assemblée nationale démocratique à la municipalité, a prié le maire de la ville d’Haïfa de licencier Straam.
Suhail Asaad a souligné que les cloches des églises ainsi que l’appel à la prière faisaient partie intégrante de la ville depuis toujours.

Il n’y a pas que les politiciens qui ont été choqué par ces propos racistes, le mouvement islamique de la ville parle lui de « guerre ouverte contre l’Islam et une manière de tester la réaction des Palestiniens de 48.

Autre endroit en Israël mais même constat, les forces israéliennes ont interdit le adhan (l’appel à la prière) à la mosquée Ibrahimi, 599 fois au cours de l’année 2013. La mosquée avait été par ailleurs été fermée 11 fois dans l’année.  Cette mosquée située dans la ville d’Al-Khalil (Hébron), dans le sud ouest de la Cisjordanie, est sans cesse menacée par la politique de judaïsation de la Palestine.