La Cisjordanie (Palestine occupée) fermée au début de Yom Kippour

Après la mort de deux Palestiniens à Hébron, des milliers de policiers des forces de l'administration d'occupation zioniste ont été déployés dans Jérusalem et la Cisjordanie fermée mardi 22 septembre pour parer d’éventuelles violences sûr et autour de l’Esplanade des Mosquées à Jérusalem à l’occasion de la fête juive de Kippour, de mardi (22 septembre 2015) soir à mercredi (23 septembre 2015) , puis de la fête musulmane de l’Aïd al-Adha.

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a mis en garde mardi contre les risques d'une troisième Intifada, évoquant une situation « extrêmement dangereuse« . A l’issue d’une rencontre avec notre président François, il a exhorté le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, à « stopper [les troubles]. Sinon, la seule alternative sera le chaos et une Intifada que nous ne voulons pas« .

A lire : Invasion de l’esplanade par les ultras Juifs, attaques à la voiture béliers, la 3ème intifada est-elle en marche ?

La veille de ces grandes fêtes religieuses, deux Palestiniens sont morts à Hébron, ravivant à nouveau les tensions entre Palestiniens et Israéliens. La semaine dernière déjà, des violences survenues durant trois jours consécutifs sur l’esplanade des Mosquées s’étaient ensuite étendues vendredi à différents quartiers de Jérusalem-Est, partie de Jérusalem occupée et annexée par l’administration d'occupation zioniste, et à la Cisjordanie.

Lundi, des incidents se sont produits entre Palestiniens et forces de l’administration d'occupation zioniste à Hébron, selon des témoins. Puis, dans la nuit, un Palestinien est mort près de la ville, dans le sud de la Cisjordanie. Selon l’armée israélienne, il manipulait un engin explosif qu’il destinait à des soldats israéliens, tandis que les services de sécurité palestiniens ont affirmé que Dia Al-Talameh, âgé de 21 ans, avait été atteint par des tirs de soldats israéliens dans le village de Doura.

Quelques heures plus tard une jeune femme de 17 ans, Adeel al-Hashlamoun a été tuée à Hébron par des tirs des forces de l’administration d'occupation zioniste près d’un check point proche du centre-ville, ont rapporté des témoins à l’Agence France-Presse. Selon l’armée d'occupation zioniste, la femme aurait tenté de poignarder un soldat, alors les militaires ont ouvert le feu sur elle et plus de 10 balles de fusil d'assaut l’ont touchée. Elle est morte dans l’après-midi à l’hôpital.

Cliquer ici pour visionner la vidéo

Cependant des témoins et des photos à l'appui prouvent que la jeune fille n'a à aucun moment menacé lesdits soldats sociopathes qui ont pour activité quotidienne le meurtre en série…. De plus on peut distinguer près de son corps agonisant ce que l'on peut voir comme un cartable. La jeune fille se dirigeait vers son école…. Son père a rejeté la version dans laquelle sa fille aurait eu des intentions de violences. Les secours ont tardé à venir… Les tueurs les ayant empêchés d'intervenir pendant 30 minutes selon des témoins.

La Cisjordanie (Palestine occupée) fermée au début de Yom Kippour

Milliers de policiers déployés à Jérusalem

L’administration d'occupation zioniste a fermé mardi les points de passage de la Cisjordanie, empêchant les Palestiniens de se rendre sur le territoire de Palestine d'elle occupe et à Jérusalem sauf pour les « cas humanitaires » -une disposition habituelle au moment des fêtes juives-.

Le déploiement des milliers de policiers a été quant à lui prévu, car « des milliers de juifs vont se rendre au mur des Lamentations » pour Kippour en contrebas de l’Esplanade des Mosquées. Les Palestiniens, de leur côté, s’alarment de la recrudescence des visites de juifs sur ce lieu et des revendications de souveraineté de certains responsables de l’administration d'occupation zioniste.

L’Esplanade des Mosquées est le troisième lieu saint de l’islam que les juifs révèrent comme le mont du Temple, leur site le plus sacré. Mardi, 370 personnes, dont 150 juifs, ont visité l’esplanade sans incident, a rapporté la police d'occupation zioniste.

Arrivé en fin de journée mardi à Moscou, M. Abbas a insisté sur la « situation très dangereuse » qui « se met en place sur la mosquée Al-Aqsa, que les Israéliens assiègent tous les jours. Toutefois, le pire est qu’israël fait tout son possible pour diviser la mosquée entre juifs et musulmans« .

François, Président de la france et non des Français, a pour sa part appelé à l’apaisement, mentionnant le « statu quo de 1967, qui régit les modalités d’accès » à ce site. Selon ce statu quo, depuis 1967, les musulmans sont autorisés à monter à toute heure du jour et de la nuit sur l’Esplanade, et les juifs à y pénétrer à certaines heures, mais sans y prier.

Depuis vendredi, les forces d'occupation zioniste (la police et l’armée) ont par ailleurs arrêté 60 Palestiniens en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, notamment, pour « troubles à l’ordre public » liés aux « événements de l’Esplanade des Mosquées« .

L'administration d'occupation zioniste accuse le Waqf jordanien d'être responsable des violences

roi de jordqnieSuite aux récentes critiques adressées par le roi jordanien Abdallah II à l'administration d'occupation zioniste concernant les violences à Jérusalem, celle-ci lui aurait répondu lundi que la Jordanie partage la responsabilité des émeutes dans la capitale israélienne, selon un rapport de la chaîne israélienne ‘Arouts 2’.

L'administration d'occupation zioniste aurait affirmé à Amman qu’elle ne devait pas se dérober à sa responsabilité de l’esplanade des Mosquées. L'administration d'occupation zioniste a accusé le Waqf jordanien (fondation religieuse islamique qui assure la gestion du site) d’enfreindre le statu quo en ayant autorisé les émeutiers armés de pierres à dormir dans la mosquée.

Le roi Abdallah II de Jordanie avait annoncé dimanche que « la mosquée Al-Aqsa est un lieu de prière musulman qui ne se partage avec personne » lors d'une réunion à Amman avec les membres du Parlement jordanien suite aux violences qui ont éclaté à Jérusalem, selon le journal Haaretz.

« Je le dis clairement, il n’y aura pas de partage ou de division« , a déclaré le roi jordanien.

Lors de cette réunion à propos des récentes violences à Jérusalem, le roi Abdallah II s’est adressé aux membres de la Liste arabe unifiée qui s'est rendue à Amman et à laquelle le roi a donné audience. Il les a interrogé : « Que cherche Netanyahou par ces actes ? Veut-il que tout explose ?« 

Sources : Afp, reuters, Haaretz, L'orient le Jour, Agence Wafa