La Ligue Islamique Mondiale a réuni 400 experts de « l’anti-terrorisme » à La Mecque

D’après larédac à 18h42 le 24 Février 2015

La ville sainte de La Mecque abrite cette semaine une conférence sur « l’Islam et la lutte contre le terrorisme » à l’initiative de la Ligue islamique mondiale (LIM) et en présence de 400 politiques, experts (militaires) et théologiens.

Selon son secrétaire général Abdallah Turki, « le choix de cette thématique est dicté par les actes de terrorisme qui ternissent l’image de l’Islam dans le monde. Combattre le terrorisme est une obligation de la Charia et une exigence islamique« , a-t-il souligné.

Six thèmes sont au menu des travaux de La Mecque qui durent trois jours :

– 1. Définition du point de vue islamique et selon la vision internationale ;

– 2. Les origines religieuses du terrorisme et l’ignorance des préceptes et des objectifs de la Charia;

– 3. Les causes sociales, économiques, la faiblesse des lois en matière des droits de l’Homme, la faiblesse des institutions civiles et la corruption ;

– 4. Les causes éducatives, culturelles et médiatiques et la faiblesse de la culture du dialogue ;

– 5. Le terrorisme et les intérêts régionaux et internationaux ; le traitement partial des causes islamiques et l’impact des divisions sectaires, le terrorisme politique et la violation des droits de l’Homme ;

– 6. L’impact négatif du terrorisme sur l’image de l’Islam dans le secteur de l’éducation et les médias.

Des intervenants en provenance de nombreux pays sont invités à intervenir dont deux professeurs marocains des universités Al Qaraouyine de Fès et Abdelmalek Essaâdi de Tétouan ainsi que des professeurs algériens, tunisiens, français et britanniques. Proche de la famille royale saoudienne et fondée en 1962, la LIM dispose dans sa charte qu' »il n’y a pas de place dans l’Islam pour le régionalisme ou le racisme » et appelle à combattre « les forces de la division au sein des communautés musulmanes du monde« . La Ligue se fixe comme objectif la daâwa (prédication).

Le souverain saoudien est également gardien des Lieux saints de l’Islam. Le conseil exécutif de la LIM est constitué de 60 membres, tous cooptés. La LIM finance des initiatives éducatives et caritatives.

Ainsi le site internet du centre de la LIM à Gibraltar indique qu’il accueille les musulmans pour les fêtes, propose une éducation musulmane aux enfants, fournit des soins médicaux, supervise les contrats de mariage et organise le pèlerinage. Dans un message aux conférenciers de La Mecque, le roi Salman a jugé que « le terrorisme menace la oumma islamique et son avenir« . Pour le cheikh égyptien d’Al Azhar Ahmed Taibi « le monde islamique traverse actuellement une étape difficile qui salit l’image de sa religion et de sa civilisation« .

Des atermoiements aux Bruits de bottes

L’Arabie Saoudite dispose de frontières terrestres avec l’Irak et la Jordanie et fait l’objet de menaces récurrentes de la part de l’état dit « islamique ».

L’Arabie Saoudite doit gérer ce qu’elle perçoit comme les menaces iraniennes et l’instabilité au Yémen.

En 2013, Riyad a acheté pour plus de 55 milliards de dollars d’équipements militaires, le 5e plus important budget au monde.

Cette conférence de La Mecque se tient quelques jours après le sommet anti-terroriste tenue à la Maison Blanche le 19 février dernier, en présence du président Barack Obama et de représentants politiques et sécuritaires de plus de 60 pays. Aucune initiative particulière n’a été annoncée mais Obama a fait passer son message : « l’idée que l’Occident soit en guerre contre l’Islam est un mensonge« .

A Washington, le coordinateur de la coalition John Allen annoncé cette semaine la préparation d’une offensive terrestre sur la ville irakienne de Mossoul contrôlée par l’état dit « islamique ». Depuis plusieurs mois, Washington défend l’idée que les Etats arabes doivent s’engager militairement sur terrain.

Pour l’instant, l’aspect connu du plan de John Allen est d’entraîner 20.000 militaires irakiens d’ici les mois d’avril-mai. Ces derniers jours, Riyad a abrité une visite de l’émir du Qatar Tamim Ben Hamad al Thani par le Roi Salman dimanche 22 février et la tenue d’une réunion des responsables militaires des pays-membres de la coalition « anti-Daech » vendredi 20 février.

Les ministres de la Défense saoudien et français ont également tenu une réunion de travail ce samedi à Abou Dhabi en marge du salon international de l’armement alors que la France renforce son dispositive « Chammal » anti-EI en Irak. Selon Le Monde du 20 février, 100 nouveaux militaires sont en chemin « pour des missions de « renfort » et de « conseil« . Ils s’ajouteront aux 250 pilotes et 350 techniciens de l’armée de l’air basés en Jordanie et aux Emirats arabes unis. Des conseillers français se trouvent également à Erbil au Kurdistan et au quartier général de la coalition au Koweit.

Des Rafales au-dessus de la Syrie

Depuis ce lundi (23 février 2015), on sait que le porte-avion Charles de Gaulle est au large de Bahreïn et que des patrouilles de chasseurs Rafale ont lieu au-dessus des zones de combat. Le Maroc a déployé six chasseurs F16 stationnés aux Emirats Arabes unis et qui participent à des frappes aériennes contre Da’ech en Syrie.

A Amman dont un pilote avait été brûlé vif par les combattants de l’état dit « islamique », il y a trois semaines, des sources officielles ont indiqué ce week-end « n’être pas favorables à une intervention terrestre pour le moment ».

Lire aussi : « Vengeance » : Nouveau mot d’ordre de la Jordanie

Tous ces mouvements et prises de position des pays-membres de la coalition anti-djihadiste interviennent également au moment où Téhéran, qui lutte contre l’état dit « islamique » en Irak mais défend Bachar al Assad en Syrie envoie par pont aérien des renforts pour défendre Alep.

A Tel Aviv enfin, des sources militaires se sont interrogées cette semaine : « Pourquoi les Israéliens devraient lâcher Bachar dont la famille tient bien la frontière du Golan avec Israël depuis quatre décennies ? »

A lire : La Syrie : De Hafez à Bachar part. 5-1- et part. 5-2

Histoire de la Syrie by Malcolm Jammal Haidar on Mixcloud

Source : Avec Afp, Reuters,Media24, Saudi Press Agency, Agence QNA (Agence qatarie), Washington Post, Arab Newsnetwork,