« La majorité des Juifs a préféré apprendre d’Hitler que de nous », Martin Buber

D’après Larédac’ à 13h00 le 26 Juillet 2014

Le père porte le corps de son enfant, Noha Mesleh, âgé d’un an et tué par l’obus tiré par l’armée israélienne sur l’école de l’Onu à Beit Hanoun, au cours des funérailles à Beit Lahia, au nord de Gaza. photo AFP….

Le grand philosophe juif Martin Buber lança dans la revue – Jewish Newsletter du 2 juin 1958 

« La majorité des juifs a préféré apprendre d’Hitler que de nous…« 

Citons aussi ce professeur de l’Université de Tel−Aviv qui, dans Le Monde du 19 juin 1982, parlait de « mensonges dignes de Goebbels » à propos de la sanglante invasion israélienne du Liban, et qui ajoutait : 

« Des juifs, fils d’Abraham… Des juifs victimes eux−mêmes de tant de cruautés, peuvent−ils devenir tellement cruels ?… 

Le plus grand succès du sionisme n’est donc que ceci : la « déjudaïsation »… des juifs ?

Faites, chers amis, tout ce qui est en votre pouvoir pour que les Beghin et les Sharon n’atteignent pas leur double objectif, la liquidation finale des Palestiniens en tant que peuple et des Israéliens en tant qu’êtres humains« 

Conférence du Rabbin Elmer Berger (ancien Président de la Ligue pour le judaïsme aux Etats Unis):

« Il est inadmissible pour quiconque de prétendre que l’implantation actuelle de l’Etat d’Israël est l’accomplissement d’une prophétie biblique et, par conséquent, que toutes les actions accomplies par les Israéliens pour instaurer leur Etat et pour le maintenir sont d’avance ratifiées par Dieu.

La politique actuelle d’Israël a détruit, ou, au moins, obscurci la signification spirituelle d’Israël.

Je me propose d’examiner deux éléments fondamentaux de la tradition prophétique.

D’abord, lorsque les prophètes ont évoqué la restauration de Sion, ce n’était pas la terre qui avait par elle-même un caractère sacré. Le critère absolu et indiscutable de la conception prophètique de la Rédomption, c’était la restauration de l’Alliance avec Dieu, alors que cette Alliance avait été rompue par le Roi et par son peuple.«