La mosquée de Besançon dégradée par des tags racistes

D’après Hamzatou à 19h20 le 30 Août 2013

La mosquée de Besançon a subi une nouvelle fois une dégradation en effet celle-ci avait déjà été profané au mois de février dernier. 

Cette fois-ci ce sont des inscriptions à caractère raciste qui ont été taguer sur près de deux mètres sur le mur de l’enceinte du lieu de culte. On pouvait y lire un sigle SS, une croix celtique, une croix gammée et aussi un petit mot nationaliste « Vive la France ».

C’est jeudi 29 août qu’ont été découverts ces jolis dessins sortant de la tête d’imbécile. Le maire de Besançon Jean-Louis Fousseret a réagi dans un communiqué où il condamne « fermement et sans réserve ces actes inconséquents et absurdes qui visent à diviser et à semer la discorde ». De plus selon lui ces actes sont   » d’autant plus incompréhensibles que les responsables de cette mosquée véhiculent un discours de tolérance, d’ouverture et de fraternité ».

Ce n’est qu’après cette deuxième dégradation que les enquêteurs de la sûreté départementale auraient privilégié la piste d’un « acte raciste » qui serait « de la mouvance d’extrême droite », c’est ce qu’aurait indiqué une source policière. Pour la première dégradation c’était une étoile de David qui avait été tagué sur l’un des piliers du mur ainsi que sur une autre mosquée de Besançon. 

Mais depuis ce sont plusieurs mosquées qui ont subi des dégradations, souillures et autres, Abdallah Zekri, président de l’Observatoire contre l’islamophobie a lui aussi réagi après cette nouvelle affaire « Après Cognac, Annecy, Avignon, Libourne, Les Minguettes, etc…plusieurs mosquées ont été prises pour cibles ces derniers temps » en ajoutant « on veut pousser un cri d’alerte, ça commence à bien faire.« 

Depuis toutes ces attaques les mosquées de France tentent de se munir de système pour sécuriser leur bâtiment tel que des caméras de vidéo surveillances ou des systèmes de détection de mouvement mais malheureusement toutes n’ont pas les moyens de payer ce genre de matériel comme le précise le président de la mosquée de Besançon, Abdallah Hamzaoui, « cela coûte un peu trop cher ».

Une autre affaire du même type aurait été signalé, selon SaphirNews et Rachid Abou Houdayfa (imam de la mosquée de Brest) via Facebook, en effet l’imam de Brest aurait retrouvé sur les murs de la mosquée un autocollant signé du groupe d’extrême-droite, l’Oeuvre Française, où on pouvait lire « La France au Français« .