L’administration d’occupation zioniste va saisir des terres fertiles en Cisjordanie

Les autorités d'occupation zioniste ont confirmé ce jeudi qu'elles avaient l'intention de saisir des terres fertiles dans la vallée du Jourdain en Cisjordanie occupée, une mesure de nature à provoquer la colère des Palestiniens (une confirmation de déclaration de guerre) et les critiques de la communauté internationale.

Dans un courriel adressé à Reuters, le Cogat, un département du ministère de la Défense (de l'administration d'occupation zioniste) qui administre la Cisjordanie, indique que la décision d'appropriation a été prise et que le processus établissant ces terres comme « terres de l'état » en est « au stade final » – une annexion supplémentaire des terres palestiniennes .

La radio de l'armée avait annoncé mercredi que 154 hectares de terres cultivables allaient être saisies près de Jéricho, dans une zone où sont déjà implantées des colonies de peuplement agricoles.

Le secrétaire général de l'Onu (Organisation des Non-Utiles)Ban Ki-moon a dénoncé ces « saisies » qui sont les plus importantes depuis août 2014 en Cisjordanie.

Les Etats-Unis, dont l'ambassadeur sur les terres administrées par les forces d'occupation zioniste a critiqué la politique de l'administration zioniste dans les territoires palestiniens, ont réaffirmé mercredi qu'ils étaient opposés à toute initiative participant à un accroissement des colonies.

« Nous pensons que cela est fondamentalement incompatible avec une solution à deux Etats et, franchement, nous doutons de l'implication du gouvernement israélien dans une solution à deux Etats« , a dit Mark Toner, porte-parole du département d'Etat.

Seul un aveugle et sourd et dénuer de bon sens ne comprendrait pas que cela est une invasion…

Relire : L’Administration zioniste exige une aide militaire annuelle de 5 milliards à son « allié » US

palestine-MAP

L'arrivée de nouveaux colons dans des appartements « achetés » à hébron dégénère

L'installation de dizaines de colons dans deux appartements qu'ils affirment avoir achetés dans le centre-ville d'Hébron, en Cisjordanie occupée, a provoqué de violents heurts jeudi.

« Un groupe de dizaines de colons juifs accompagnés par un rabbin ont forcé l'entrée de l'immeuble » dans la rue al-Chouhada (Martyrs), située près du caveau des Patriarches, un site religieux vénéré par les « juifs » et les « musulmans », dans le centre de cette ville considérée comme une poudrière du territoire palestinien occupé, a déclaré à l'AFP Jawad Abou Eisheh, un membre d'un groupe de jeunes hostile à la colonisation.

Lire : Pour une ministre adjointe zioniste : « Toute cette terre est à nous »

Des Palestiniens blessés

Yishai Fleisher, un porte-parole de la communauté « juive » (zioniste) locale, a affirmé que les maisons avaient été achetées « légalement » à leurs propriétaires palestiniens, qui les avaient préalablement évacuées. L'arrivée des colons n'a pas été coordonnée avec l'armée « de crainte de fuites ou de tentatives pour empêcher » leur installation, a-t-il ajouté.

Mais les forces d'occupation zioniste ont été vues plus tard en train de protéger les colons qui ont été attaqués à coups de pierres par des habitants palestiniens.

Les soldats ont riposté avec des grenades assourdissantes et un certain nombre de Palestiniens blessés ont été transportés à l'hôpital, selon un correspondant de l'AFP sur place. Les violences ont ensuite cessé. Environ 500 colons juifs vivent dans le centre-ville d'Hébron au milieu de 200 000 Palestiniens.

Video : Israeli Settler Homes Are Being Listed On Airbnb

L'affaire « gelée » par la justice

Le ministre israélien de l'Immigration Zeev Elkin a salué « l'expansion de la présence juive » (présence zioniste) à Hébron et a appelé son collègue à la Défense Moshé Yaalon à « fournir aux colons toute l'aide possible » – protection de l'armée, voir d'armer directement les colons – et à « ne pas plier devant les fauteurs de troubles palestiniens« .

Moshé Yaalon devra encore approuver la démarche des colons alors qu'un porte-parole de la police a affirmé qu'un tribunal avait ordonné le « gel » de cette affaire en attendant une décision finale.

On ignorait dans l'immédiat si les colons seraient autorisés à rester dans les appartements le temps que l'affaire soit réglée. Selon la loi palestinienne, il est interdit de vendre des maisons à des « israéliens » en Cisjordanie.

Sources : Afp, reuters, Haaretz, Jerusalem Post, L'Orient le Jour