Laïcité : Et pendant ce temps là au Québec….

D’après Hajar à 23h11 le 20 Octobre 2013

Et oui, car ce genre de propos sont loin dêtre propre à la France.

Denis Filiatrault, actrice célèbre outre-atlantique, a déclaré sur les ondes d’une radio son soutien le plus fort au projet de charte des valeurs québécoises. 

«Dans certains de ces pays (musulmans), les femmes passent pour la moitié d’un être humain et non pas un être humain au complet, et il ne faut pas que cela se répande partout. 
Ce n’est pas vrai ça, c’est des histoires de bonshommes. Quand elles ne le portent pas, elles se font réprimander quand c’est pas pire que ça, et rendu au bout, on les sacre dans le lac».
Estimant que les femmes qui disent porter le foulard islamique par choix, «c’est des folles ça».

«On est en 2013 Monsieur Arcand. Moi je suis pour l’égalité des sexes, je suis féministe, tout le monde le sait», a-t-elle poursuivi.

«Ça m’insulte de voir une bonne femme se cacher les cheveux pour plaire à leurs bonshommes. C’est pas religieux, c’est pas culturel, c’est pas dans le Coran, c’est des histoires de bonshommes, des musulmans. C’est des histoires de gars, de père, de frère et de mari», a-t-elle ajouté.

Denis Filiatrault fait partie des 20 femmes célèbres au Québec qui ont signé une lettre pour appuyer le projet de charte des valeurs qui a été publié dans la presse québécoise.

Selon l’ex-ministre libérale au Quebec, Nicole Menard, la charte ne reflète pas les priorités des Québécois, elle ne fait que diviser au lieu de rassembler, et ce, insiste-t-elle,  » même au sein des fervents péquistes. »

« Le PQ a décidé d’institutionnaliser la discrimination à l’embauche en refusant de distinguer la laïcité des institutions de l’expression du sentiment religieux et de l’identité des individus. Alors que le gouvernement péquiste dit s’appuyer sur le principe d’égalité entre les hommes et les femmes, il propose une politique dont les principales victimes seront des femmes (…). Au lieu de diviser les citoyens, le gouvernement devrait plutôt travailler à améliorer leur qualité de vie, leurs emplois et empêcher la détérioration des finances publiques », lance Mme Ménard. 

Débat sans fin ou réelle question d’actualité, qu’en pensez-vous ?