L’armée d’occupation zioniste ferme les bureaux d’une TV palestinienne

L’armée d’occupation zionite a mené une descente vendredi avant l’aube dans les locaux d’une télévision à Ramallah, fermé ses bureaux et arrêté son directeur, après l’annonce d’un nouveau tour de vis face à la persistance des violences.

L’administration d’occupation zioniste accuse Falestine al-Yom (la Palestine aujourd’hui) d’être le porte-voix du Jihad islamique et d’inciter à la haine dans ses programmes.

Museler les médias palestiniens ?

Le raid mené à Ramallah, centre de décision politique et économique palestinien en Cisjordanie occupée, est la première manifestation d’un nouveau tour de vis annoncé cette semaine par le gouvernement de Benjamin « Bibi The King » Netanyahu contre les médias palestiniens qui contribueraient, selon lui, à exciter les passions.

Lire : L’Administration zioniste bloque l’entrée de Ramallah aux « non-résidents » et fait démolir des maison

Depuis le 1er octobre, une vague de violences dans les Territoires occupés et annexer a coûté la vie à 188 Palestiniens, 28 « israéliens », deux Américains, un Erythréen et un Soudanais, selon un décompte de l’AFP.

La plupart des Palestiniens morts sont des auteurs ou auteurs présumés d’attaques.

Vendredi, une nouvelle attaque a eu lieu dans la Vieille ville de Jérusalem, où un Palestinien a poignardé à la poitrine un « ultra-orthodoxe juif » d’une trentaine d’années qui souffre de blessures modérées, selon la police et les secours « israéliens ».

L’assaillant âgé de 18 ans et originaire de Cisjordanie, a été arrêté, a dit la police.

La descente de l’armée d’occupation à Ramallah a visé deux compagnies: Falestine al-Yom et, au même étage de l’immeuble, la société de production Trans Media, qui fournit ses services à de nombreuses chaînes locales et internationales, dont Falestine al-Yom.

 

(Les locaux de Falestine al-Yom (la Palestine aujourd'hui) le 11 mars 2016 à Ramallah, après une descente de l'armée israélienne)

Une diffusion qui continue

Des câbles étaient coupés et pendaient des murs dans les locaux de Trans Media; les salles de montage et de diffusion avaient été vidées de leurs équipements, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Sur la porte voisine du bureau de Falestine al-Yom, un ordre de l’armée israélienne proclamait en arabe : « ce lieu est fermé avec effet immédiat et doit rester fermé« .

Raghda Atmeh, correspondante de Falestine al-Yom, a catégoriquement rejeté les accusations de l’administration zioniste. « Tous les journalistes palestiniens qui rapportent la vérité sont vus (par « israël ») comme incitant à la haine« , a-t-elle dit à l’AFP.

La diffusion des programmes, assurée depuis Beyrouth, continuait cependant.

A lire : Une députée de la gauche palestinienne expulsée de Ramallah

Les forces d’occupation zioniste ont arrêté chez lui le directeur administratif du bureau de Falestine al-Yom, Farouq Aliat, 34 ans, le caméra-man Mohammed Amr et l’ingénieur Chebib Chebib, selon le syndicat des journalistes palestiniens.

Ces deux derniers ont ensuite été relâchés, a dit à l’AFP Mohammed Amr.

« Les dégâts sont énormes et nous ne pouvons pas encore les chiffrer« , a dit le directeur de Trans Media Ibrahim Houssary alors que la société « ne peut être tenue pour responsable d’aucune ligne éditoriale« .

Falestine al-Yom « appelle au terrorisme contre l’administration d’occupation. Elle serait, selon le renseignement de l’administration zioniste, un outil essentiel du Jihad islamique pour inciter à la violence » .

Quant à son directeur, toujours retenu, c’est « un militant du Jihad islamique déjà emprisonné par israelpour ses activités« .

Un logo « Intifada de Jérusalem »

L’administration d’occupation zioniste considère le Jihad islamique, deuxième force islamiste dans les Territoires palestiniens, comme « terroriste », de même que la majorité des mouvements palestiniens.

Le Jihad islamique a dénoncé « une agression des forces d’occupation zioniste contre les médias nationalistes et résistants« .

Falestine al-Yom utilise depuis début octobre un logo « Intifada de Jérusalem » quand elle évoque les violences actuelles.

A lire : Entretien avec le représentant du mouvement du Jihad Islamique au Liban, Abu Imad Rifa’î

Ces violences résultent des vexations de l’occupation, de l’absence de perspective d’indépendance, des frustrations économiques et du discrédit des autorités palestiniennes, estiment les experts.

israël a déjà fermé deux radios palestiniennes dans la poudrière de Hébron, dans le sud de la Cisjordanie, en novembre.

Devant la poursuite des violences et sous la pression de la droite la plus dure et de l’opinion, le gouvernement Netanyahu a décidé mardi de nouvelles mesures: répression accrue des médias, achèvement du mur de sécurité autour de Jérusalem, révocation des permis de travail pour les proches des auteurs d’attentat et nouvel effort pour raccourcir les délais de destruction des maisons d’auteurs d’attentat.

Il a aussi décidé de viser les travailleurs palestiniens illégaux (ou prétendument comme tels) sur les territoires annexés par l’administration d’occupation zioniste et ceux qui les emploient ou les hébergent.

Mercredi et jeudi, la police de l’administration zioniste a arrêté 427 travailleurs clandestins palestiniens, et 53 personnes les employant, les logeant ou les véhiculant.

Sources : Afp, Agence Wafa, Haaretz, L’Orient le Jour