Le CAIR interpelle les pouvoirs publics américains sur l’augmentation des actes islamophobes dans le pays

Abdul Hakeem Tavari, deuxième à gauche, et d’autres musulmans rassemblés près du bâtiment fédéral Joel W. Salomon le 13 Juillet 2015 NY. Photo d’Angela Lewis pour Times Free Press.

La plus grande organisation américaine d’avocats et de défense des droits civils musulmans (le CAIR) a exhorté samedi dernier les officiels fédéraux de lancer des enquêtes sur les crimes haineux sur des incidents impliquant deux mosquées à Johnson City, Tennessee, et de Roanoke, en Virginie..

Ibriahim Hooper, porte-parole du CAIR, a déclaré dans une interview samedi dernier que la menace d’incendie criminel en ligne contre la mosquée Johnson City et le cas de vandalisme à la mosquée de Roanoke reflètent une montée de l’islamophobie dans certaines communautés après les événements du 16 Juillet à Chattanooga, au cours de laquelle quatre Marines et un officier marinier de la Marine ont été tués.

Le tireur de 24 ans, Mohammad Youssef Abdulazeez, habitant à Hixson, a été tué lors d’un affrontement avec la police de Chattanooga. Le FBI a déclaré entre autres qui’il semblait avoir agi seul.

« Nous avons constaté une légère hausse constante du nombre d’incidents visant des musulmans et de leurs institutions à l’échelle nationale« . Un phénomène qui ne cesse de s’amplifier depuis les événements survenus au Charlie Hebdo en début d’année a déclaré Mr Hooper.

« De toute évidence, [Chattanooga] a introduit dans cette atmosphère globale de l’islamophobie dans notre pays » a dit Mr Hooper, dont le groupe a rapidement condamné les meurtres de Chattanooga quand la nouvelle de la fusillade a été annoncée. « Et, très franchement, on ne reçoit aucun soutien de la part des pouvoirs publics au niveau national, en particulier pour la communauté musulmane » a-t-il ajouté.

WJHL-TV a rapporté vendredi que les autorités locales enquêtaient sur une menace faite en ligne contre le Centre communautaire musulman de Northeast Tennessee à Johnson City. Par précaution, les responsables du centre ont demandé une patrouille supplémentaire.

Les responsables du centre ont déclaré à un journaliste de la station que quelqu’un avait trouvé sur la toile cette menace et qu’il avait alerté les responsables du centre qui à leur tour ont contacté le bureau du shérif du comté de Washington.

À Roanoke, les fonctionnaires de Masjid Un Nur Islamic Center ont déclaré à WSLS-TV que l’installation avait été ciblé par des vandales il y a plus d’un an, avec la dernière attaque tôt jeudi matin cela fait la deuxième fois. La vidéo de surveillance montre les protagonistes brisants les fenêtres des portes avant de la mosquée.

L’atmosphère semble plus que tendue puisque la station de télévision a rapporté que lors d’une interview avec les administrateurs de la mosquée, des gens dans la rue ont crié des vulgarités et des mots tels que « terroriste ». Le service de police de la ville de Roanoke a déclaré que des accusations ont été portées contre deux jeunes pour les derniers actes de vandalisme, selon WSLS.

Pendant ce temps, vous l’avez peut-être lu sur d’autres médias, deux propriétaires de magasins de vente d’armes en Floride et au Kentucky ont déclaré leurs magasins « Muslims Free Zone« . Mr Hooper a déclaré qu’un militant anti-Islam avait téléchargé une vidéo sur YouTube dans laquelle l’homme accuse l’Islam de la violence, puis tire avec un fusil à plusieurs reprises sur le Saint-Coran !!!!

À Chattanooga, Bassam Issa, président de la Société islamique de Grande Chattanooga, a déclaré, à partir de ce qu’il a entendu, que les musulmans locaux n’ont pas reçu de menaces ou ont subi de traitement négatif. Ils ont, il est vrai, un garde de sécurité à la mosquée pendant la prière du vendredi mais ceci est habituel.

Pourtant, à Dayton, dans le Tennessee, un propriétaire d’une station essence d’origine indienne et de religion hindouiste, a fait l’objet d’attaques sur Facebook après la fusillade perpétrée par Abdulazeez sur deux sites militaires à Chattanooga. Patel était en voyage dans l’État de Washington au moment de l’attaque, un résident local a écrit que Patel avait exprimé sa joie concernant l’attaque des sites militaires. Le poste a été partagé des milliers de fois, conséquence…. Des menaces à répétions donnant un climat malsain avec des intentions malsaines envers le propriétaire de la station essence.

Pendant ce temps, et en oubliant pas le souci du profilage racial qui a encore augmenté depuis l’attaque du 16 juillet, le Département de la Défense des États-Unis a demandé aux civils armés, qui ont commencé à garder les centres de recrutement militaires après l’attaque d’Abdulazeez, de se retirer citant de potentiels « risques de sécurité« .

Le Secrétaire à la Défense, Ash Carter, a déclaré dans un communiqué donné par le porte-parole du Pentagone qu’il était « en train d’examiner les recommandations des services pour rendre nos installations plus sûres – y compris nos stations de recrutement […]« .

Partout dans le Tennessee et dans une partie du reste du pays, des civils sont armés lourdement. Nombre d’entre eux sont d’anciens combattants, et utilisent leur savoir-faire pour mettre en place des patrouilles armées.

Le New York Times a rapporté qu’un fonctionnaire du Département de la Défense, qui est resté anonyme, avait déclaré que la demande de vendredi concernant le fait de faire rentrer chez eux les civils armés a été motivée par les inquiétudes sur une « décharge d’armes accidentelles » d’une arme civile devant un poste de recrutement ce jeudi à Lancaster, dans l’Ohio.

Le patriotisme extrême, mélangé à une gâchette facile, alimenté par des idéaux racistes et haineux ne mènera pas à quelque chose de bon.

Des chrétiens visitent une mosquée de Chattanooga…

Un petit groupe de chrétiens a visité une mosquée de Chattanooga pour prier aux côtés de fidèles musulmans.

Ces personnes qui sont allées à la mosquée du Centre islamique de Chattanooga pour la prière du vendredi étaient principalement des baptistes, et il y aurait eu au moins un presbytérien.

Un de ces visiteurs a déclaré à TimeFreePress qu’ils étaient allés à la mosquée comme une preuve de l’amour qu’ils portent à la communauté musulmane. Preuve que l’amour brise l’ignorance, certains d’entre eux sont également venus avec leurs enfants.

L’imam de la mosquée, Abdul Baasit, a brièvement salué ces visiteurs lors de son sermon.

La mosquée tenait la prière lors de la procession funèbre pour Marine Staff Sgt. David Wyatt, l’un des quatre Marines abattu par Mohammad Youssef Abdulazeez le 16 juillet.

Les chrétiens, qui ont assisté à la prière, ont demandé cependant que leur église ne soit pas identifié. Malheureusement, tous n’étaient pas d’accord avec leur visite.

Sources : TimesFreePress, WSLSTV, WJHLTV, le web, HuffingtonPost.com