Le calvaire des réfugiés Rohingya déportés en Inde

D’après Larédac’ à 13h30 le 28 Août 2014

Des centaines de musulmans Rohingyas déplacées du Myanmar vivent aujourd’hui dans la capitale indienne, New Delhi. Pour eux le calvaire continu, la plupart de ces réfugiés dans des camps à New Delhi où ils sont confrontés à des crises de santé et de nutrition aiguë, selon Press TV.

« Nous ne recevons aucune aide de personne. Nous sommes confrontés à une situation extrêmement difficile. Mon père est décédé récemment et nous ne pouvions pas lui donner les médicaments nécessaires pour lui. Nous avons désespérément besoin de nourriture et de médicaments pour nos enfants. Si les conditions de ce genre continué pendant une longue période, nos familles vont finir par mourir de faim« , a déclaré Sakuara Begam.

Les familles Rohingya de ces camps à New Delhi sont glissés dans l’extrême pauvreté et dans une extrême négligence. Les enfants ont des problèmes de santé, qui nécessitent une attention médicale immédiate. Les mauvaises conditions d’hygiène de vie, l’exposition à des conditions météorologiques extrêmes et la pollution les rendent vulnérables physiquement.

La plupart de nos frères musulmans rohingyas ont des emplois subalternes et ne gagnent pas assez d’argent. Certains d’entre eux vivent de la charité, car il est très difficile pour eux de trouver un emploi.

L’agence pour les réfugiés des Nations Unies, le HCR, mène un programme pour les réfugiés en Inde, mais selon eux l’agence de l’ONU leur apportent peu ou pas d’aide du tout.

« Je suis très inquiet pour mes enfants. Ils sont généralement malades en raison de conditions météorologiques difficiles et je n’ai pas d’argent pour les emmener à l’hôpital ou pour obtenir des médicaments. Que puis-je vous dire? Nos vies sont pleines de misères« , dit un homme .

Les activistes sociaux en Inde ont appelé l’ONU à fournir immédiatement une aide humanitaire aux réfugiés Rohingyas, apatrides et qui sont laissés dans le dénuement le plus total. Ils insistent pour que le Myanmar arrête le massacre et la persécution des musulmans.

Les Rohingya musulmans représentent environ 5% de la population du Myanmar de près de 60 millions d’habitants.

Le gouvernement du Myanmar a été critiqué à plusieurs reprises par des groupes de droits de l’homme pour avoir omis de protéger les musulmans Rohingya.

S’il faut le rappeler, selon l’ONU, cette même organisation qui ne leur vient pas en aide, les Rohingya sont l’une des communautés les plus persécutées du monde.

Des centaines de musulmans Rohingyas ont été tués ou blessés au cours des mois où l’augmentation de la violence sectaire au Myanmar a explosé. Des milliers d’autres ont été forcés de fuir leurs maisons et beaucoup d’entre eux ont été littérallement déportés dans des pays voisins comme ici l’Inde ou le Bengladesh où ils vivent dans des conditions plus que difficiles et tout cela dans un silence international maccabre.

Source : Far News Agency