Le discours d’adieu du Prophète sur le Mont Arafat

D’après Abdullah Ibn Adam à 21h02 le 14 Octobre 2013

Toujours aussi prenant est le discours du Prophète (paix et bénédiction sur lui) lors de son dernier pèlerinage à La Mecque. En le relisant on ne pouvait s’empêcher d’être triste et de se demander où est donc passé cet Islam merveilleux qui est prononcé dans ces mots lourds et apaisant.

Le Prophète (paix et bénédiction sur lui), dans son discours nous exhorte et nous met en garde sur divers choses qui aujourd’hui, malheureusement pour la plupart ne sont plus tenues. Qu’Allah renforce la foi de ceux ou celles qui continuent dans la voie droite et qu’Il accorde sa force et sa puissance, car il n’y a ni force ni puissance si ce n’est en Lui, à tous ceux et celles qui souffrent en silence. Mais tant que nous attesterons qu’il n’y a pas d’autre divinité digne d’être adoré qu’Allah et que Mohammed est Son messager nous serons, si Dieu le permet, toujours sur le bon chemin ! Allah est notre seul juge car qui connaît mieux le fond des coeurs que Lui !?

Oh Allah nous attestons que Ton messager a bien transmis Ton message, accorde-lui la paix, Ta bénédiction, Ta miséricorde ainsi qu’à sa famille, à sa descendance mais aussi à ses compagnons et à tous ceux qui l’ont suivi, qui le suivent et qui le suivront jusqu’à la fin des temps car c’est Toi celui qui tient toujours Ses promesses et tu es le connaisseur de toute chose.

Sermon d’adieu du Prophète (salut et paix sur lui)

 

« Ô peuple!  Écoutez-moi attentivement, car je ne sais pas si, après cette année-ci, je serai encore parmi vous. Écoutez, donc, ce que je vous dis avec beaucoup d’attention et transmettez ce message à ceux qui ne pouvaient être présents parmi nous aujourd’hui.

« Ô peuple!  Tout comme vous considérez ce mois, ce jour, cette cité comme sacrés, considérez aussi la vie et les biens de chaque musulman comme sacrés. Retournez à leurs légitimes propriétaires les biens qui vous ont été confiés. Ne blessez personne afin que personne ne puisse vous blesser. Souvenez-vous qu’en vérité, vous rencontrerez votre Seigneur et qu’effectivement, Il vous demandera compte de vos actes. Dieu vous a défendu de pratiquer l’usure [de prendre ou payer de l’intérêt], donc tout intérêt non-payé sera maintenant annulé.  Votre capital, cependant, vous revient.  Vous n’infligerez ni d’endurerez aucune injustice.  Dieu a décidé de rendre l’intérêt illicite, et tout intérêt qui était dû à Abbas ibn Abd’al Mouttalib sera maintenant annulé.

« Méfiez-vous de Satan, pour le salut de votre religion. Il a perdu tout espoir de ne pouvoir jamais vous amener à commettre les grands péchés; attention, donc, à ne pas le suivre dans les péchés mineurs.

« Ô peuple!  Il est vrai que vous avez certains droits à l’égard de vos femmes, mais elles aussi ont des droits sur vous. Souvenez-vous que c’est par la permission de Dieu que vous les avez prises pour épouses et que c’est Dieu qui vous les a confiées. Si elles respectent vos droits, alors à elles appartient le droit d’être nourries et habillées convenablement. Traitez donc bien vos femmes et soyez gentils envers elles, car elles sont vos partenaires et elles sont dévouées envers vous. Il est de votre droit qu’elles ne se lient pas d’amitié avec des gens que vous n’approuvez pas, et qu’elles ne commettent jamais l’adultère.

« Ô peuple!  Écoutez-moi bien : adorez Dieu, faites vos cinq prières quotidiennes, jeûnez pendant le mois de Ramadan, et donnez votre richesse en zakat.  Accomplissez le Hajj si vous en avez les moyens.  Toute l’humanité descend d’Adam et ÈveUn Arabe n’est point supérieur à un non-Arabe, et un non-Arabe n’est point supérieur à un Arabe; et les Blancs ne sont point supérieurs aux Noirs, de même que les Noirs ne sont point supérieurs aux Blancs.  Aucune personne n’est supérieure à une autre, si ce n’est en piété et en bonnes actions. Vous savez que chaque musulman est le frère de tous les autres musulmans.  Vous êtes tous égaux.  Vous n’avez aucun droit sur les biens appartenant à l’un de vos frères, à moins qu’on ne vous ait fait un don librement et de plein gré.  Par conséquent, ne soyez pas injustes les uns envers les autres.

« Souvenez-vous, un jour vous vous présenterez devant Dieu et répondrez de vos actes.  Prenez garde, donc, ne vous écartez pas du droit chemin après ma mort.  Ô peuple!  Aucun prophète ni messager ne viendra après moi, et aucune nouvelle religion ne naîtra. »

« Raisonnez bien, ô peuple, et comprenez bien les mots que je vous transmets. Je laisse derrière moi deux choses : le Coran et mon exemple, la Sounnah. Et si vous les suivez, jamais vous ne vous égarerez.

« Que tous ceux qui m’écoutent transmettent ce message à d’autres, et ceux-là à d’autres encore; et que les derniers puissent le comprendre mieux que ceux qui m’écoutent directement.  Sois témoin, ô Dieu, que j’ai transmis Ton message à Tes serviteurs. »

Le Prophète salallahou ‘aleyhi wa salam se tenait près du sommet de Arafat, il termina son sermon puis le verset suivant lui fut révélé :

« … Aujourd’hui, J’ai parfait votre religion pour vous et J’ai accompli Mon bienfait sur vous.  Et J’ai choisi l’islam comme religion pour vous. » (Coran 5:3)

Rapporté par Al-Bukhari hadith 1623, 1626, 6361,  sahih Muslim fait aussi référence à ce sermon dans le hadith 98. L’Imam al-Tirmidhi a mentionné ce sermon dans les hadith 1628, 2046, 2085. L’Imam Ahmed bin Hanbal a rapporté une version plus longue dans on musnad Hadith no. 19774.)

Source : ajib