Le Prophète de l’Islam (paix et bénédiction sur lui) et l’invitation aux rois

D’après Larédac à 21h12 le 17 Décembre 2014

Après s’être installé à Médine au retour de Hudaibiya, le Prophète (paix et bénédiction sur lui) a institué un autre plan pour la diffusion de son message.

Quand il a mentionné cela aux Compagnons, certains d’entre eux, qui connaissaient bien les coutumes et les formes observées dans les cours des rois, dirent au Prophète (paix et bénédiction sur lui) que les rois ne s’embarrassaient pas des lettres qui ne portent les sceaux des expéditeurs. En conséquence, le Prophète (paix et bénédiction sur lui) avait joint sur les lettres une sorte de sceau, sur les lettres étaient gravés les mots, Muhammad Rasulullah (paix et bénédiction sur lui).

Par respect, Allah a été mis en haut, en dessous Rasul et enfin Muhammad (paix et bénédiction sur lui).

L’invitation à l’Islam était une invitation à croire que Dieu est Un et que Muhammad (paix et bénédiction sur lui) est Son messager. Pour exemple la lettre adressée à Héraclius stipulée que s’il devenait musulman, il serait récompensé à deux reprises.

Dans le mois de Muharram 628, des émissaires ont été envoyés à différentes capitales, chacun avec une lettre du Prophète (paix et bénédiction sur lui), invitant les dirigeants à accepter l’Islam. Ces émissaires sont allés à la rencontre d’Héraclius, l’empereur romain, des rois d’Iran, de l’Égypte (le roi d’Égypte était alors un vassal de l’empereur) et de l’Abyssinie. D’autres rois et dirigeants ont été aussi visités.

Lettre à l’empereur de Rome, Héraclius

Lettre de Mohammed (paix et bénédiction sur lui) à Héraclius

La lettre adressée à Héraclius a été transmise par Dihya ibn Khalîfa Al-Kalby à qui il donna l’ordre de la remettre au roi de Bosrâ qui lui-même se chargea de la transmettre à l’empereur d’Orient. Le texte de la lettre se trouve dans les documents historiques :

« Au nom de Dieu, L’infiniment Miséricordieux, le très Miséricordieux. Lettre de Muhammad, le serviteur et le Messager de Dieu, à Héraclius, empereur de Rome. Que la paix soit sur ceux qui suivent la voie droite. Après ce préambule, je vous invite à vous soumettre. Embrassez l’Islam et Dieu vous récompensera deux fois. Si vous vous détournez et vous refusez, vous porterez les péchés des Romains. « Dis : Ô gens du Livre ! Convenons les uns des autres de ce point commun entre nous, à savoir de n’adorer que Dieu seul, sans lui adjoindre d’associé, de ne pas nous prendre les uns les autres pour divinités en dehors de Dieu. » S’ils se détournent, dites-leur : « Soyez témoins, qu’à Dieu seul, nous nous soumettons ».«  (La famille d’Imrâne, v.64)

Lettre au roi d’Iran

Lettre de Mohammed (paix et bénédiction sur bénédiction sur lui) aux Perses les invitants à l’Islam

La lettre au roi de Perse, Chosroès II, a été envoyé par Abdullah Ibn Hudhafara. Le texte de cette lettre était la suivante :

« Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. Cette lettre est de Muhammad (paix et bénédiction sur lui), le Messager de Dieu, à Chosroès, roi de Perse. Que la paix soit sur ceux qui suivent la voie droite, et croit en Allah, et témoigne que Dieu n’est qu’Un, et n’a pas d’égal ou de partenaire, et que Muhammad (paix et bénédiction sur lui) est Son serviteur et messager, et sur lui la paix. O roi, sous le commandement de Dieu, je vous invite à l’Islam. Car j’ai été envoyé par Dieu comme Son Messager et cela à toute l’humanité, afin que je puisse mettre en garde tous les hommes qui vivent et compléter mon Message pour tous les incroyants. Acceptez l’Islam et protégez vous contre toutes les afflictions. Si vous refusez cette invitation, le péché de la négation de tous vos gens va reposer sur votre tête.« 

Lettre au Négus, roi d’Abyssinie

Lettre de Mohammed (paix et bénédiction sur lui) au Négus d’Abyssinie

La lettre au Négus, roi d’Abyssinie, a été porté par ‘Amr Ibn Umayya Damrira. Elle se présentait comme suit :

« Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux, Muhammed (paix et bénédiction sur lui), le Messager de Dieu, écrit au Négus, roi d’Abyssinie. O roi, la paix de Dieu soit sur vous. Je loue avant Le seul et unique Dieu. Aucun autre n’est digne d’adoration. Il est le Roi des rois, la source de toutes les excellences, exempts de tout défaut, Il offre la paix à tous ses serviteurs et protège ses créatures. Je témoigne que Jésus, fils de Marie (paix sur lui) était un Messager de Dieu, qui est venu en accomplissement des promesses faites à Marie par Dieu. Marie avait consacré sa vie à Dieu. Je vous invite à vous joindre à moi pour nous attacher au seul et unique Dieu et en Lui obéissant. Je vous invite aussi à me suivre et de croire dans le Dieu qui m’a envoyé. Je suis Son messager. Je vous invite vous et vos armées à rejoindre la foi du Dieu Tout-Puissant. Je décharge mon devoir présent. J’ai livré à vous le Message de Dieu, et clarifié pour vous la signification de ce Message. Je l’ai fait en toute sincérité et j’espère que vous saurez apprécier la sincérité qui a incité ce message. Celui qui obéit à la direction de Dieu devient héritier des bénédictions de Dieu.« 

Lettre au souverain d’Égypte (Gouverneur des Coptes)

La lettre à Muqauqis a été porté par Hatib ibn Abi Balta’ara. Le texte de cette lettre était exactement le même que celui fait à l’empereur romain. La lettre à l’empereur romain, comme vous avez pu le lire, stipulait que le péché de la négation des ses sujets serait sur sa tête. Celle de Muqauqis stipulait la même chose mais concernait les Coptes. Elle se présentait comme suit :

« Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. Cette lettre est de Muhammad (paix et bénédiction sur lui), le Messager d’Allah, à Muqauqis, chef des Coptes. Que la paix soit sur celui qui suit le chemin de la droiture. Je vous invite à accepter le message de l’Islam. Croyez et vous serez sauvés et votre récompense sera double. Si vous ne croyiez pas, le péché du déni des Coptes sera également sur votre tête. Dis: « Ô gens du Livre ! arrivons à un mot égal entre nous et vous que nous n’adorions qu’Allah, et que nous n’associons pas de partenaire avec Lui, et que certains d’entre nous ne prennent pas d’autres pour seigneurs en dehors d’Allah. Mais s’ils tournent le dos, dites: « Soyez témoins que nous sommes soumis à Dieu. »

Lettre au roi de Bahreïn

Le Prophète (paix et bénédiction sur lui) a également envoyé une lettre à Moundhir Taimi, chef de Bahreïn.

Cette lettre a été portée par ‘Ala’ ibn Hadramira. Le texte de cette lettre a été malheureusement perdue.

Quand elle a atteint ce dirigeant, il croyait, et a répondu au Prophète (paix et bénédiction sur lui) en disant que lui et beaucoup de ses amis et disciples avaient décidé de rejoindre l’Islam. Certains, cependant, avaient décidés de rester en retrait. Il avait également déclaré qu’il y avait des Juifs et des mages qui vivaient sur ses terres. Il posa donc la question au Prophète sur la démarche à prendre à leur sujet.

Le Prophète (paix et bénédiction sur lui) a de nouveau écrit à ce dirigeant ainsi :

« Je suis heureux de votre acceptation à l’Islam. Votre devoir est d’obéir aux délégués et messagers que je vous envoie. Celui qui leur obéit, m’obéit. Le messager qui a pris ma lettre vous a félicité pour moi, et m’a assuré de la sincérité de votre croyance. J’ai prié Dieu pour votre peuple. Essayez, par conséquent, de leur enseigner les devoirs et pratiques de l’Islam. Protégez leur propriété. Ne laissez personne avoir plus de quatre épouses. Les péchés du passé sont pardonnés. Tant que vous êtes bon et vertueux vous allez continuer à régner sur votre peuple. En ce qui concerne les Juifs et les mages, ils n’ont qu’à payer une taxe. Par conséquent, ne pas faire d’autres demandes sur eux. Quant à la population en général, ceux qui n’ont pas assez, devraient avoir quatre dirhams chacune, et un morceau de tissu à porter. »

D’autres lettres du Prophète Mohammed (Paix et bénédiction sur lui) à divers rois ou dirigeants

Lettre du Prophéte Mohammed (paix et bénédiction sur lui) à Musailma Ibn Kazzab. (Musée Topkapi en Turquie)

Uman, le chef de Yamama, le roi de Ghassan, le chef de Bani Nahd (une tribu du Yémen), le chef de Hamdan (une autre tribu du Yémen), le chef de Bani ‘Alim et le chef de la tribu Hadrami. La plupart d’entre eux sont devenus musulmans.

Conclusion

Ces lettres montrent comment était parfaite la foi en Allah du Prophète (paix et bénédiction sur lui). Ils montrent également que dès le début, le Prophète (paix et bénédiction sur lui) a estimé qu’il avait été envoyé par Dieu, non pas pour tout un peuple ou tout un territoire, mais bien à tous les peuples du monde.

Il est vrai que ces lettres ont été reçues par leurs destinataires de différentes manières. Certains d’entre eux ont immédiatement accepté l’Islam sans discussion. D’autres ont traité les lettres avec considération, mais n’ont pas pour autant accepté le message. D’autres encore les ont traité avec une courtoisie ordinaire. D’autres encore ont montré du mépris et ont fait passer leur fierté avant leur raison. Mais il est vrai aussi, et l’Histoire en est témoin, que pour ceux qui ont accepté le message, leur destin ou celui de leur peuple après eux a été glorieux. Pour l’ensemble, les bénéficiaires de ces lettres ou leur peuple ont rencontré un destin différent en fonction du traitement et de l’importance adressée à ces lettres.

Le saviez-vous : Le Prophète Mohammed Mustafa (paix et bénédiction d’Allah sur lui) est désigné comme Nabi-Al-Kareem (chef des Prophètes), Khatamun Nabiyyeen (Le Sceau des Prophètes), Khatamul Ambiya (chef de l’élu), Khatamul Mursileen (Fierté des Prophètes), le Siraj-ul-Muneer, le Rahmatul-Lil-Alameen (Miséricorde pour toute l’humanité) …