Le séisme Nepal : un trafic d’enfants né de mères porteuses pour israël

Après le séisme qui vient de ravager le Népal, les autorités israéliennes ont annoncé vouloir évacuer en priorité 25 bébés nés de mères porteuses et leurs parents adoptifs israéliens.

Il y a actuellement à Katmandou 25 enfants nés de mères les ayant portés pour le compte d'israéliens, a expliqué le ministère des Affaires étrangères israélien. Ce ne sont pas moins de 52 « clients« , tous israéliens, qui attendent en ce moment dans le pays meurtri par le tremblement de terre. Ils seront évacués en priorité avec leur bébé. Toutefois, des considérations médicales ou des raisons légales népalaises seraient susceptibles de retarder leur départ, ont informé les Affaires étrangères. Cependant, les autorités israéliennes feront « tout pour amener ces bébés en israël« , a dit un porte-parole du ministère, Paul Hirschson.

Un bébé sur commande ?

Parmi les 25 enfants concernés, 15 d'entre eux ont vu le jour sur commande de la société israélienne Tammuz. La plupart de ses clients sont des couples d'hommes homosexuels, a expliqué son responsable commercial, Roy Youldous. Ils font cela car selon la loi israélienne, sur son territoire, seuls les couples hétérosexuels ont le droit d'adopter des enfants nés de mères porteuses. Les homosexuels eux ont trouvé un moyen de contourner la loi en se tournant vers la gestation pour autrui dans des pays en voie de développement, a ajouté le responsable. Sur le territoire sioniste, les prix et les procédures découragent même les couples hétérosexuels. Le Népal semble être pour eux une destination de choix.

Le nombre d'israéliens se trouvant au Népal a été estimé entre 600 et 700 selon les Affaires étrangères. Une très grandes majorités d'entre eux étaient sur place pour pratiquer la randonnée. Selon les médias istaéliens, aucun d’entre eux n’aurait été tué.

Les 25 bébés et les Israéliens qui s’occupent d’eux seront « les premiers à monter dans l’avion » pour être ramenés en israël, a dit à l’AFP Sabine Hadad, une porte-parole du ministère de l’Intérieur.

Les Affaires étrangères se sont montrés prudentes quant à l’imminence de ces départs, qui peuvent être retardés pour des raisons médicales ou des considérations légales népalaises, ont-elles dit.

Exploitation humaine : les mères porteuses

Quatre des enfants destinés à être « vendus » sont des prématurés nécessitant des soins médicaux qu'ils risquent de ne pas trouver après le séisme, a informé le ministère des Affaires étrangères israélien. Au Népal, 80 femmes, toutes indiennes, attendent des bébés pour le compte de l'entreprise Tammuz. La loi exige en effet qu'aucune mère porteuse ne soit népalaise. Roy Youldous assure par ailleurs que chacune est suivie par un travailleur social.

Source : avec Reuters, Afp, Time of israel, Haaretz….