Ledit EI a repris son offensive sur Kobané et Oncle Tom recrute pour faire son sale boulot

D’après Larédac à 09h30 le 19 Janvier 2015

Les combattants de l’état dit « islamique » (EI) ont lancé vendredi, pour la première fois depuis un mois, une offensive d’envergure dans la localité kurde de Kobané, après une série de revers dans cette ville du nord de la Syrie, selon une ONG.

« L’EI a initié vendredi une attaque à partir de quatre positions située dans le nord-ouest, le sud-ouest et l’est de Kobané. Durant les combats, 23 jihadistes et huit combattants des Unités de protection du peuple kurde (YPG) ont trouvé la mort« , a déclaré le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) Rami Abdel Rahmane. « L’attaque de vendredi est une tentative de l’EI pour stopper l’avance des YPG« , a-t-il ajouté Tout en précisant que les Kurdes contrôlaient toujours 80% de la ville qui s’appelle en arabe Aïn el-Arab.

Nawaf Khalil, porte-parole en Europe du Parti d’union démocratique (PYD, branche politique des YPG), a affirmé que cette attaque n’avait pas permis à l’EI d’avancer. « Les tentatives de Daech sont vouées à l’échec et les YPG progressent quotidiennement selon le plan nommé ‘nettoyage de Kobané’. Il y a même un comité qui travaille sur un plan de reconstruction de la localité« , a-t-il déclaré à l’AFP, qui l’a joint par Internet.

1 091 combattants de l’état dit « islamique (EI), 463 PYD, 21 rebelles de l’armée syrienne libre (ASL, allié du PYD) et 32 civils ont péri, depuis le 16 septembre, début de l’offensive à Kobané, selon l’OSDH.

En juillet, Octobre et novembre 2014, ces derniers avaient déjà repoussés par les miliciens des Unités de protection populaire (YPG), le bras armé du Parti de l’union démocratique (PYD), une formation kurde proche du Parti des travailleurs du Kurdistan turc (PKK).

L’EI envoie non-stop des renforts en hommes, munitions et équipements, là où la résistance ainsi que les frappes aériennes de la coalition leur sont opposés.

Après avoir perdu beaucoup de terrain dans les premières semaines de l’attaque des combattants de l’état dit « islamique » (EI), les Kurdes ont repris le gros de la ville grâce notamment au soutien des frappes de la coalition internationale, conduite par l’Etats-unis depuis le 23 septembre. Ainsi, l’aviation alliée a mené six raids jeudi et vendredi.

[Rejoignez-nous sur Facebook pour une information en continue]

L’EI exécute 17 personnes pour venger des assassinats

Vendredi, l’OSDH a rapporté que l’EI a exécuté en 48 heures 17 hommes dans l’est et le nord de la Syrie en représailles à des assassinats ayant visé ses partisans. « L’EI a exécuté 16 hommes à Deir el-Zor (est) et un à Raqqa (nord) pour envoyer un message à ses adversaires après les récents assassinats de 12 de ses membres – désignés de « djihadistes » syriens, irakiens et algériens« , a affirmé Rami Abdel Rahmane. « Ces hommes étaient accusés de combattre l’EI« , a-t-il ajouté, précisant qu’un lien avec l’assassinat des dits « jihadistes » n’avait été établi que dans un seul cas. « C’est un message de l’EI aux gens qui vivent dans les zones sous son contrôle pour dire ‘ce sera le sort infligé à nos adversaires’« , a-t-il expliqué.

L’EI est accusé d’exécuter quasi quotidiennement ceux qu’il appelle ses ennemies. La semaine dernière, une information dévoilée par l’AFP concernait l’endoctrinement des enfants au sein de l’organisation. En effet, selon l’AFP et une vidéo attribuée au groupe, on peut voir un jeune enfant d’une douzaine d’années qui vient tout juste de tuer froidement deux personnes accusées de travailler pour les renseignements russes mais cette accusation n’a pas été confirmée. Le garçon a été interrogé sur ce qu’il comptait faire plus tard, réponse : « Je serai celui qui vous massacre, vous les infidèles. Je serai un moujahidine (combattant de Dieu)« . (http://www.liberation.fr/monde/2015/01/17/le-groupe-ei-endoctrine-les-enfants-pour-en-faire-des-combattants_1182759)

Les Etats-Unis vont bientôt former des rebelles pour faire le sale boulot

Une information assez surprenante qui concerne toujours les combats contre l’EI, les États-Unis devraient commencer à former les rebelles syriens modérés en mars. Le Pentagone a annoncé le déploiement de plusieurs centaines de militaires américains pour assurer la formation dans plusieurs pays d’accueil de la région. Un souhait longtemps désiré par les parlementaires américains qui serait donc maintenant officiel.

Dans un premier temps, environ 400 militaires américains appartenant pour la plupart aux forces spéciales devraient commencer à former des rebelles syriens modérés vers la fin mars. Les pays choisis pour cette formation seront la Turquie, l’Arabie saoudite et le Qatar ainsi que dans deux autres pays qui n’ont pas été nommés.

Les États-Unis auraient pour objectif d’entraîner la première année 5 000 Syriens dont la mission essentielle sera de protéger les populations et d’attaquer l’état dit « islamique », et s’ils peuvent, de soutenir l’opposition à Bachar el-Assad.

Si tout va bien, 10 000 autres rebelles pourraient être à leur tour formés. Mais dans l’immédiat, le gros problème des Etats-Unis est le recrutement. Comment s’assurer que ceux qui vont bénéficier de leur entraînement n’iront pas rejoindre les divers groupes entre autres l’état dit « islamique » ‘(EI) ?.

Enjeu de Kobané :

Kobané est un axe routier reliant Raqqa, bastion de l’EI, à Alep. En outre, un succès lui donnerait une continuité territoriale le long de la frontière turque, ce qui lui faciliterait à la fois l’accueil de nouveaux combattants via la Turquie et la vente en contrebande du pétrole exploité dans les régions qu’il contrôle déjà.

Enfin, il pourrait ensuite se concentrer sur la ville syrienne pétrolière d’Hassaké, qui est aussi un verrou stratégique entre les territoires qu’il contrôle en Syrie et en Irak.

Carte des régions à majorité kurde en Syrie

(Human Rights Watch, juillet 2014)

Le PYD qui est proche du PKK kurde. Et donc de son idéologie nationaliste et marxiste-léniniste. Son objectif est d’obtenir l’autonomie du Kurdistan syrien par rapport à Damas en écartant – sans ménagement – les formations politiques qui ne partagent pas ses vues. Ainsi, en novembre 2013, il a déclaré autonomes 3 cantons du nord de la Syrie : Jazira, Afrin et… Kobané. La perte de la ville porterait donc un rude coup à ce projet, ce qui ne serait pas pour déplaire à Ankara.