Les dirigeants d’Afrique centrale et de l’Ouest vont se réunir pour lutter contre Boko Haram

Les dirigeants d’Afrique centrale et de l’Ouest se réuniront mercredi, 8 avril prochain, à Malabo pour adopter une « stratégie commune de lutte » contre la « secte » nigériane Boko Haram, a annoncé dimanche l’organisation régionale ouest-africaine, la Cédéao .

« Devant les attaques de plus en plus nombreuses et sanglantes des intégristes contre le Nigeria, le Niger, le Cameroun et le Tchad, avec leurs graves conséquences sur ces pays et le risque réel de déstabilisation qu’elles induisent pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, les deux communautés économiques régionales (CER) ont décidé de faire face« , précise un communiqué.

Le texte ajoute que les chefs d’Etat de la Cédéao et de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) se réuniront le 8 avril dans la capitale de la Guinée équatoriale « en vue de l’adoption d’une stratégie commune de lutte contre le groupe terroriste Boko Haram« .

Le Nigeria a lancé début février une offensive militaire de grande envergure contre Boko Haram, avec l’aide du Tchad, du Niger et du Cameroun voisins. Cette opération régionale a permis de chasser le groupe islamiste de la plupart des localités qu’il occupait depuis plusieurs mois, dans le nord-est du Nigeria.

Mais les pays voisins ont beaucoup reproché aux autorités d’Abuja de ne pas assez coopérer et se sont plaints du manque de coordination entre soldats sur le terrain.

Le sommet de Malabo a pour but de « présenter le mécanisme de coordination entre les présidents en exercice » de ces pays mais aussi de déterminer « comment articuler cette stratégie au niveau opérationnel« , avec pour objectif à terme « l’éradication du groupe Boko Haram« , précise le communiqué.L’insurrection islamiste a fait plus de 15.000 morts au Nigeria en six ans, selon le dernier bilan de l’ONU.

Le Nigeria, gouverné par Goodluck Jonathan depuis cinq ans, vient d’élire un nouveau président, Muhammadu Buhari, ancien putschiste et général à la retraite, qui a promis de faire de la lutte militaire contre Boko Haram et du développement économique du Nord, où pauvreté et chômage font le terreau de l’extrémisme, les priorités de son mandat.

M. Buhari n’étant pas investi avant le 29 mai, c’est le président Jonathan qui devrait assister au sommet de Malabo en tant que président en exercice du Nigeria.Vingt-et-un pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre devraient être représentés au sommet de Malabo, selon le communiqué.

Source : avec Afp, Reuters, Jeune Afrique Rfi