Les gens de la caverne

Pour TEPA d’après le Dr. Mansour à 14h15 le 24 Octobre 2013

Al Kahf (La Caverne) est une Sourate pré-hégirienne (le terme de sourate dite « mecquoise » n’a pas de sens historico-chronologique, dont le nombre de versets est de 110.)

Elle est l’une des 5 sourates qui ont commencé par « Dieu Merci » (AlhamdouLillah) – en plus du Fatiha, Al Anam, Saba’ et Fater.

Son intitulé (titre), vient du neuvième verset qui cite le récit des gens de la Caverne, qui est connu aussi étant les « 7 dormants d’Éphèse ».

« Te rends-tu compte que les Gens de la Caverne et d’Ar-Raqîm constituaient une merveille d’entre Nos signes ? ». (Sourate 18, v.9)

Cette sourate est une réponse aux questions que les polythéistes de Quraysh (Confédérations de tributs de la Mecque) et les gens du livre (chrétiens et juifs) posèrent au Prophète Mohammed (SAW) pour tester la véracité de son message.

Plusieurs questions furent posées au Prophète Mohammed(SAW) :

Voici les quelques questions que l’on posa au Prophète Mohammed :

 

1.
Qui furent les gens de la caverne ?
2.
Que sais-tu de Dhûl Qarnayn ?
3.
Quelle est l’histoire d’Al-Khadir ?

 

Ces 3 histoires relèvent des traditions des gens du livre (juifs et chrétiens) et étaient inconnues des Arabes polythéistes de Quraysh.

Le Prophète (SAW) les fit attendre plusieurs jours (environ 14 jours), jusqu’à ce qu’Allah par l’intermédiaire de l’ange Jibril (Gabriel) lui apporte les réponses. Et cela était dû à un simple oublie : le Prophète (SAW) avait omis de dire « Incha Allah »… cette espace-temps était une épreuve en soi.

Le tafsir de Ibn Kathir rapporte que le prophète Mohammed (SAW) était fortement attristé, car malgré avoir apporté les bonnes réponses aux questions des Juifs et des Quraysh, les preuves indiscutables qu’il est un prophète, ils continuèrent dans leur mécréance.

À la fin de la Sourate, Allah Ta’ala, invite les mécréants à tirer profit de ces histoires et de croire au message de son dernier prophète (SAW).

« L’unicité du Créateur et l’au-delà sont des vérités absolues. Pour votre propre bien, vous devez y croire, vous conformer à ce qu’elles impliquent dans votre vie et agir avec la conviction que vous rendrez des comptes à Allâh. Si vous ne vous conformez pas, vous gâcherez votre vie d’ici-bas et tout ce que vous ferez sera perdu ».

 

Abî Ad Darda rapporte que le Prophète – prière et salut sur lui – a dit :
« Celui qui retient par cœur les dix premiers versets de la sourate « Al Kahf » (La caverne) sera préservé de l’Antéchrist« . Selon une autre version : « les dix derniers versets« . » (Hadith rapporté par Mouslim).

ويستحب قرآءة سورة الكهف في يوم الجمعة لحديث أبي سعيد الخدري قال: قال رسول الله: »من قرأ سورة الكهف يوم الجمعة أضاء له من النور ما بين الجمعتين]. « الحاكم والبيهقيوصححه الألباني[

Il est recommandé de lire cette sourate tous les vendredi conformément au hadith relaté par Abou Said Al-Khoudry qui dit : Le Messager d’Allah (SAW) dit: «Quiconque lit la sourate de la Caverne le jour du vendredi sera pour lui une lumière jusqu’au vendredi prochain.» (Rapporté par Al-Hakim et Al-Bayhaqy).

Revenons au récit « des gens de la caverne »


(Piece de monnaie- Trajan Dèce – Antoninien (249, Rome)

 

Trajan Dèce est né à Sirmium (aujourd’hui Mitrovica en Serbie) dans les premières années du IIIe siècle. Nous ne savons quasiment rien de lui avant 249 ap J.C., cette même année il fut proclamé empereur par l’armée du Danube. Tout ce que l’on peut présumer à son sujet, c’est qu’à l’instar de tous les autres souverains d’origine balkanique qui gouvernèrent Rome à cette époque, sa carrière fut purement militaire.

Cependant, au cours du règne de Philippe l’Arabe, Dèce semble avoir atteint un grade suffisamment élevé pour lui permettre de siéger au Sénat.

En 249, Philippe l’Arabe régnait depuis plus de quatre ans. Un peu partout dans l’Empire, le mécontentement grandissait.

Le peuple s’indignait de voir les Chrétiens, très nombreux dans l’entourage de l’empereur qui lui-même était Chrétien, accaparer tous les honneurs, toutes les fonctions lucratives.

Quant à la toute-puissante armée, elle était excédée par la politique de faiblesse de l’empereur envers les Perses. Plutôt que de vaincre cet adversaire affaibli par une longue suite de victoires romaines, Philippe n’avait-il pas préféré acheter la paix à l’ennemi héréditaire en lui versant un tribut annuel colossal…

Cette période appelée l’anarchie militaire s’étale de 235 à 268 ap J.C. C’est la fin de la Dynastie des Sévères (Septime Sévère Empereur Libyen – origine berbère; et sa femme Julia Domna – Arabe Syrienne)

Même si la légende, place vers 127 après JC, près d’Ephèse (en Turquie), sept jeunes chrétiens se seraient endormis dans une caverne, pour échapper aux persécutions romaines.

Vers le milieu du Ve siècle, ils auraient été miraculeusement réveillés par le bruit provoqué par le dégagement de la caverne.

Le culte des Sept Dormants s’installa aussitôt et se développa rapidement, en Orient mais même en Occident.

 

Ici un extrait du manuscrit Cambridge Syriaque. : – Add. 2020. : qui nous rappelle le contexte dans lequel ces jeunes gens vivaient… on remarque 8 noms , ce qui peut intriguer de primes abords… la suite du récit nous indique plus que 7 et un chien… beaucoup de commentateurs en présumer que le 8eme nom était celui de l’animal … mais cela reste des suppositions .. ce qui est le plus intéressant c’est l’histoire et sa portée mystique et morale…

« Encore, confession des huit jeunes gens, Maximilien, Jamblique, Martimos, Dionysios, Johannis, Serapion, Constantinet Antoninos, qui furent martyrs dans la ville d’Ephese.
[…]

1. Ainsi quand Dèce le roi impie accéda au trône, il descendit aux villes de Constantinople et Ephese. Alors, on ferma les églises du pays et on dispersa les assemblées de croyants ; les prêtres et les frères, prirent peur et s’enfuirent devant lui. Lorsque Dèce fut entré dans Ephese, son cœur s’exalta ; il commença à bâtir des autels au milieu de la ville, et comme il grondait de paganisme, il ordonna aux grands de la ville de sacrifier aux Idoles avec lui et souillait son corps avec le sang des sacrifices.

Des masses denses se rassemblaient chaque jour de tout lieu au milieu de la ville d’Ephese, la fumée de l’holocauste des sacrifices recouvrait la ville et une épaisse fumée noire (provenant) de la combustion de l’holocauste montait depuis le milieu de la ville et en voilait les remparts tout autour.

2. Alors, pendant cette triste fête où l’on s’était rassemble dans le paganisme, ce fut le deuil pour les croyants : ils étaient malheureux mais obéissaient et en (le) cachant, se lamentaient et se couvraient le visage d’un voile par crainte des persécuteurs. Soudain, le troisième jour, le roi ordonna qu’on s’emparât des chrétiens. Les païens et les Juifs accompagnaient les soldats ; ils faisaient sortir les croyants de (leurs) refuges et de (leurs) asiles avec violence et pendant les distractions, (les) conduisaient là ou les masses étaient réunies et où elles offraient des sacrifices avec le roi. Ceux qui craignaient les tortures et « l’ombre de la mort »s’écartaient de la vérité de la foi vivante et tombaient ; ils apostasiaient et acceptaient de sacrifier en public.

Lorsque les croyants entendaient cela, ils étaient troubles par la corruption spirituelle des lâches, mais ceux qui étaient vaillants et résistaient aux « souffrances du temps » a cause du Christ, se tenaient courageusement sur le rocher inébranlable de la vérité et enduraient « les traits enflammés du malin » dans leur corps comme si dans des prisons ils (supportaient) tortures et souffrances… ».

Rappelons ici que la persécution de Dèce ne visait cependant pas uniquement les chrétiens, mais également les adeptes des cultes qui n’étaient pas officiels.

Ce récit raconte l’histoire d’un groupe de jeunes gens qui ont refusé de suivre les pratiques de leur peuple impie et infidèle.

Ils se déclarèrent leur foi en Allah entre eux, mais prirent peur des représailles de leur communauté. Ils dirent :

 » Notre Seigneur est le Seigneur des cieux et de la terre : jamais nous n’invoquerons de divinité en dehors de Lui, sans quoi, nous transgresserions dans nos paroles.  » [s18 v14]

En effet, ils considéraient cela comme une grande abomination !!

Ils étaient sûrs de leur vérité et savaient que leur peuple était perdu :

 » Voilà que nos concitoyens ont adopté en dehors de Lui des divinités. Que n’apportent-ils sur elles une preuve évidente ?Quel pire injuste, donc que celui qui invente un mensonge contre Allah ?  » [s18 v15]

Quand ils décidèrent leur affaire, ils étaient devant l’impossibilité  de déclarer leur foi et de leur peuple et ils demandèrent à ALLAH de leur faciliter l’épreuve :

 » …ils dirent: « O notre Seigneur, donne-nous de Ta part une miséricorde; et assure nous la droiture dans tout ce qui nous concerne ».  » [s18 v10]

Ils se réfugièrent alors dans une caverne dont ALLAH a facilité l’accès et qui était tournée vers le nord; le soleil n’y accédait ni au lever ni au coucher.

Ils s’endormirent dans cette caverne sous la protection divine et ne se réveillèrent pas pendant trois cents ans et neuf ans.

La durée de sommeil des gens de la Caverne est de 300 ans solaires, l’équivalents de 309 années lunaires. La différence entre les 2 échelles est de 11 jours par an. Somme faite : 11 jours multipliés par 300 cela donne 3300 jours, équivalents de 9 années donc 309 années lunaires.

«Or, ils demeurèrent dans leur caverne trois cent ans et en ajoutèrent neuf (années)» [s18 v25].

Cela constitue une indication du calendrier solaire et lunaire (grégorien et hégire) comme interprété dans toutes les exégèses des temps anciens ou modernes.

Et malgré leur proximité de leur peuple, Il les protégea d’eux et s’occupa de les retourner dans leur sommeil pour protéger leurs corps :

« … alors qu’ils dormaient, Nous les retournions vers la droite et vers la gauche » [s18 v18]

Afin d’éviter le contact permanent de la surface de peau avec la terre, et l’immobilisme qui aurait fini par des œdèmes (gonflements), des ulcérations (lésions) et des escarres.

Mais aussi l’exposition tant des corps que de la caverne aux rayons du soleil de manière régulière et équilibrée, tout au long des journées à heures régulières, ce qui permit de réguler le taux d’humidité et le développement de moisissures.

Le Très Haut dit : « Tu aurais vu le soleil, quand il se lève, s’écarter de leur caverne vers la droite, et quant il se couche, passer à leur gauche » Al-Kahf 17.

Les rayons du soleil sont indispensables pour prévenir la prolifération des moisissures et apportent tel que prouvé scientifiquement la vitamine D essentielle pour la santé des os.

Selon l’exégèse de Al Qurtobi (1) «et quant il se couche, passer à leur gauche» signifie qu’une densité faible des rayons du soleil provient aux corps des gens de la Caverne; cela constitue le minimum nécessaire pour conserver leurs corps dans un état vital ainsi que la couleur de leur peau et prévenir un changement de température à risque : hypothermie ou hyperthermie.

Sans oublier que la lumière du soleil est indispensable à l’apport en vitamine D : dont la principale fonction biologique est de réguler les niveaux sanguins normaux de calcium et de phosphore. Il permet la minéralisation des os à l’unisson avec un certain nombre d’autres vitamines, minéraux et hormones. Ainsi qu’aider à former et maintenir des os et des dents solides, cette vitamine régule l’os en calcium métabolisme (aide le corps à absorber le calcium, améliore la fonction immunitaire et au maintien des forces musculaires).

Donc sans vitamine D, les os commencent à devenir minces, se fragilisent, deviennent mous et finissent par se déformer de façon irréversible… la carence en vitamine D, provoque une infertilité certaine.

(Al Qurtobi, dans son Exégèse : « Jami’i Li Ahkam Al Quran »).

Après cette longue période de sommeil, Allah Tout-Puissant les réveilla pour :

« Et c’est ainsi que Nous les ressuscitâmes, afin qu’ils s’interrogent entre eux  » [s18 v19]

À la fin ils comprirent la vérité :

 » … L’un parmi eux dit : « Combien de temps avez-vous demeuré là ?  »

Ils répondirent :

 » Nous avons demeuré un jour ou une partie d’un jour ». D’autres dirent : « Votre Seigneur sait mieux combien (de temps) vous y avez demeuré. Envoyez, donc l’un de vous à la ville avec votre argent que voici, pour qu’il voie quel aliment est le plus pur et qu’il vous en apporte de quoi vous nourrir. Qu’il agisse avec tact ; et qu’il ne donne l’éveil à personne sur vous.  » [s18 v19]

Cette histoire nous indique que Le Coran contient des histoires extraordinaires, mais elle n’est pas la plus extraordinaire. Il y en a d’autres pour ceux qui comprennent.

Celui qui se réfugie en Allah trouve en Lui miséricorde et guidance. Allah, en les faisant dormir tout ce temps, les a épargnés du mal qui pouvait les toucher.

Mais ce sommeil est aussi un signe de SA Puissance et de la diversité de Son intervention divine. La promesse d’Allah est une vérité et le savoir est un moyen de comprendre la véracité de ses promesses. Il faut d’ailleurs reconnaître au savant sa place dans la société car c’est grâce à lui que nous pouvons comprendre les desseins d’Allah Le Tout puissant.
[…]

Les jeunes de la caverne nous apprennent comment s’éloigner des endroits qui nous poussent à la désobéissance et à l’éloignement de la religion. Il faut aussi savoir cacher sa Foi pour mieux la préserver quand l’Homme craint le mal. Cela va jusqu’à la fuite et à l’immigration et à l’abandon de son propre peuple s’il est injuste.

Cela est un des moyens que possède le croyant pour sauver sa foi.

Allah a ressuscité les jeunes de la caverne dans un temps où les gens croyaient en LUI au point d’élever une mosquée sur le lieu de la caverne :

 » Mais ceux qui l’emportèrent (dans la discussion) dirent :« Elevons sur eux un sanctuaire  » [s18 v21]

La sanctification des personnes est interdite par notre religion mais dans ce cas, c’est une reconnaissance aux épreuves qu’ils avaient subies avec leur ancien peuple au nom de leur religion. Allah sait comment récompenser Ses créatures pieuses qui souffrent en Son Nom.

Il ne faut pas trop chercher à pénétrer les Voies (les plans et dessins) d’Allah par laraison quand LUI veut qu’elles restent secrètes.

C’est pour cela qu’Il dit :

« Ne discute à leur sujet que d’une façon apparente et ne consulte personne en ce qui les concerne. » [s18 v22]

Cette histoire a également permis de mettre en garde les notables de La Mecque qui persécutaient la jeune et peu nombreuse communauté musulmane. Elle fut également l’occasion d’informer le Prophète qu’il ne devrait en aucun cas négocier avec les persécuteurs ni leur accorder plus d’importance que ses partisans pauvres. Ensuite, ce fut l’occasion d’exhorter ces notables à cesser de ne faire que profiter des plaisirs éphémères de cette courte vie et à rechercher plutôt les plaisirs éternels de l’au-delà…


(1Abû ‘Abdi Llâh Muhammad Ibn Ahmad Ibn Abî Bakr Al-Ansârî Al- Qurtobi (1214-1273 ap Jc. / 611 – 671 H.) théologien« Ash’arite » et un juriste « Malikite » 

Tasfir les plus emblématiques, avec celui de fakh ad-Din Al Razi (vers 1149/50 – 1209 ap JC. / 545 – ,605 h.) qui ont été écrit : a produit une œuvre qui regroupent toutes les formes de Tafsir : linguistiques, causes de révélations, définitions des termes difficiles, les hadiths et paroles du Prophète (SAW), des compagnons et des pieux prédécesseurs… et en plus de tout cela, il a développé et traité les jugements juridiques découlant des versets en rentrant dans les questions de fiqh et en interrogent les divergences.

Les « récits des prophètes » paru chez Dar-Ibn-Hazm etTafsir As-Sa’di – Tafsir Sheikh ‘Abd Ar-Rahman Ibn Nasir As-Sa’di (RA).