Les médias officiel vous mentent

D’après Hamzatou à 02h10 le 21 Juillet 2013

                     

[La rédaction] :

Comme vous le savez, durant toute la nuit dernière Trappes était en feu après l’arrestation plus que musclé d’un mari et de sa femme suite au prétendu refus de l’époux qui ne voulait pas que sa femme subisse un contrôle dû à son voile intégrale. Musclé apparemment pas pour la police qui s’est empressé de parler aux médias, croustillant de ces affaires où ils pourront maquiller à leur guise l’histoire qui fera de l’audience et servira la cause des plus hypocrites. Les forces de l’ordre ont soutenu que le contrôle s’est mal passé quand le mari à sauter au cou d’un des agents de police et qu’a aucun moment il n’y a eu de propos racial ni de violence de la part des agents qui ont effectué ce contrôle. Nous avons pu voir que la plupart des médias officiels ainsi que la police ont raconté une tout autre histoire de celle que nous avons pu vous diffuser hier. Ils ont encore une fois réussi à faire passer les victimes pour les coupables.

Nous avons pu contacter l’attaché de presse du CCIF, le CCIF étant en contact direct avec les victimes, qui nous a bien confirmé les faits; c’est-à-dire que la soeur s’est bien pliée au contrôle sans violence de sa part, et que ce sont bien les policiers qui ont laissé éclater leur haine religieuse. De plus l’attaché de presse du CCIF nous a appris que lors du contrôle qui a dégénéré un jeune enfant été présent ce qui n’a apparemment pas stoppé la déraison des forces de l’ordre. Il nous aussi confirmé la sortie du frère de garde à vue et, peut-être pour calmer un peu les tensions, il sera jugé au mois de septembre in sha Allah au lieu d’être jugé en comparution immédiate comme c’était prévu au début. Les victimes sont traumatisées et ne souhaitent plus porter plainte pour diverses raisons, cependant le CCIF leur apporte une aide juridique et un suivi psychologique pour les accompagner au mieux dans cette épreuve.

Pour en revenir à cette mascarade médiatique qui juge avant même de connaître les faits, qui ne cherche même plus à savoir dès qu’il s’agit de musulmans. Ces médias collaborateur à une cause national dispersent telle une traînée de poudre le sentiment de pression sociale que subie la communauté musulmane, ce sentiment d’impunité qui a touché tout le corps de la France, sa population qui d’un coup se sent forte pour certains et passe à l’acte avec des maniéres de plus en plus violentes, les politiciens qui quand ils n’ont pas de programme sortent le slogan « il y a un musulman pour ça » ou encore « Si vous avez des bosses sur votre route…c’est  la faute d’un musulman », et même la police qui doit normalement défendre les concitoyens dans un pays des droits de l’Homme se plie à des pratiques fascistes d’un autre temps comme si elle aussi se sentait libérer par la propagande de stigmatisation du gouvernement envers les musulmans. Benoît Hamon, ministre délégué à l’économie sociale et solidaire et à la consommation, est un bel exemple de cette république accusatrice. En effet Mr le ministre délégué a fait un communiqué où il revient sur les actes de violence de la nuit dernière, notez bien la phrase en gras :

La ville de Trappes a connu des violences jusque tard dans la nuit. Ces agressions contre les policiers et les actes de dégradation des biens privés ou publics sont inacceptables. Ils font suite à l’interpellation d’un homme qui s’était opposé au contrôle par la police de son épouse portant un voile intégral. Elus de ce territoire, nous condamnons les actes de violence de la nuit dernière avec la plus grande fermeté. 
Le devoir de l’Etat est de faire respecter la loi républicaine partout sur le territoire national et d’être intransigeant tant vis à vis des violences contre les policiers que vis à vis des actes de racisme qui se sont succédés ces dernières semaines. La condamnation à deux mois d’emprisonnement ferme des deux individus responsables de l’agression islamophobe contre une jeune femme voilée le 14 juillet dernier à Trappes en est l’illustration. 
Le calme doit maintenant revenir. Nous demandons donc à tous de rechercher les voies de l’apaisement. Les trappistes doivent pouvoir reprendre normalement le cours de leur vie dans leur ville, dés aujourd’hui. 

Benoît Hamon, 

Ministre délégué à l’économie sociale et solidaire et à la consommation 

Jean-Philippe Mallé, député des Yvelines 

Il y a un réel problème dans tout ça, c’est vrai que tous ces événements commencent à faire monter de la colère parmi la Oumma mais nous pensons que brûler son arrêt de bus, où la voiture de son voisin n’est pas du tout constructif pour la communauté même voire stupide car cela ne fait que créditer la cause de ceux qui nous veulent du mal et cela donne ce que vous avez pu lire au-dessus. 

Mots-clés : Islamophobie, laïcité,