Les Ouïghours : communauté musulmane de Chine discriminée et harcelée

D’après Dr Mansour pour TEPA à 17h14 le 24 Juin 2013

La Région autonome ouïgoure du Xinjiang est une province de l’extrême nord-est de la Chine. Le mot Xinjiang doit se prononcer comme [sssin-djiang]. Pour les Chinois, la province porte le nom de Région autonome ouïgoure du Xinjiang chinois, mais pour les Ouïgours, c’est simplement le Turkestan oriental. C’est la plus vaste région autonome de Chine avec 1 646 800 km², ce qui représente l’équivalent d’un pays aussi vaste que l’Iran. Si le Ouïgour était un État indépendant, il se situerait du point de vue de sa superficie au 16e rang (sur 194) après la Libye, mais avant l’Iran, ce qui est énorme.

Le Xinjiang est limité à l’ouest et au nord-ouest par le Tadjikistan, le Kirghizistan, et le Kazakhstan, au nord-est par la Mongolie, à l’est par les provinces de Gansu et de Qinghai, au sud par le Tibet et au sud-ouest par l’Inde et l’Afghanistan. La capitale du Xinjiang est Ürümqi (à prononcer comme [ouloumtchi]).

Le mot Xinjiang (en chinois, Xīnjiāng; en ouïgour, Shinjang) signifie «nouveaux territoires», «nouveau front pionnier», «nouvelle marche» ou encore en anglais «nouvelles frontières». 

Les Américains diraient que c’est «le Far W/est des Chinois». Pour les Ouïgours, leur pays s’appelle le Turkestan oriental, dénomination refusée par Pékin qui préfère Turkestan chinois.

Avant le XIXe siècle, les Chinois désignaient la région par le mot Xiyu («région d’Occident» ou «contrées occidentales»). En fait, c’est l’empereur Qianlong de la dynastie mandchoue des Qing (1644-1911) qui utilisa cette expression en 1768. Évidemment, les autorités chinoises ont toujours refusé, malgré les demandes répétées des représentants des Ouïgours, la formation d’une sorte de Ouïgouristan, une entité qui aurait disposé, à l’instar des anciennes républiques soviétiques d’Asie centrale (Kazakhstan, Kirghizistan, Ouzbékistan, Tadjikistan), d’une autonomie plus étendue que celle que Pékin aurait pu tolérer pour une région autonome, ce qui entrait en contradiction avec la tradition centralisatrice des Chinois.

Rappel : Les Turcs et les premiers Etats turcs : LesTurc Musulmans, qui sont une communauté regroupée autour d’une langue de la famille ouraloaltaïque, apparaissent pour la première fois sur la scène historique au 7ème siècle av. J.C.

Selon les sources écrites chinoises, la présence politique turque en Asie est attestée au 3ème siècle av. J.C. avec les Huns, qui fondent un grand empire sous la direction de Mete Khan et s’emparent des portes occidentales et des routes commerciales de la Chine, en combattant contre les Mongols et les YueChi.

L’Empire des Göktürk est fondé en l’an 552 sur les flancs orientaux des montagnes de l’Altaï après la désintégration de l’Etat Hun d’Asie. Ce sont les Göktürk qui utilisent pour la première fois le mot « turc » dans le nom d’un Etat officiel. Bilge Khan et Kül Tigin, sages et héroïques hommes d’Etat turcs, prennent leur place dans l’histoire. Les actes des deux Khans, ainsi que ceux de Tonyukuk, un grand homme d’Etat Göktürk, sont rela tés et immortalisés dans les « Inscriptions d’Orkhon », qui sont les premiers textes écrits de l’histoire turque. 

En 741, les Ouïgours fondent le 3ème Etat turc, après les Göktürk. Toutefois, il se désagrège rapidement à la suite de l’attaque des Turcs kirghizes, venus du Nord Ouest contre la capitale.

Vivant dans les régions du lac Aral et du Turkestan, les Huns de l’Ouest, descendants des Huns d’Asie, quittent leur patrie sous les pressions des Avars et s’installent sur les rives occidentales de la Volga. A partir du règne du chef hun Balamir, les Huns de l’Ouest commencent à pénétrer en Europe en provenance du NordEst. C’est ainsi que commencent « les migrations historiques des tribus » qui modifient la structure ethnique de l’Europe, qui bouleversent les provinces nordiques de l’Empire romain et qui s’étendent jusqu’en Espagne. 

Le premier Etat turc créé dans cette partie du monde est l’Empire Hun d’Occident. Sous le règne d’Atilla, qui accède au pouvoir en 434 et qui oblige toutes les tribus barbares d’Europe, Byzance et l’Empire romain d’Occident à reconnaître son pouvoir, l’Empire hun parvient au faîte de sa puissance.