Les Rohingyas continuent de fuir en masse du Maynmar

D’après Larédac’ à 07h28 le 27 Octobre 2014

Un sentiment croissant de désespoir a provoqué un exode massif de musulmans Rohingyas de l’ouest du Myanmar, ces dernières semaines au moins 8.000 membres de la communauté ont pris la fuite, selon des habitants et un expert.

Le nombre de personnes qui a fui les violences intercommunautaires, depuis que celles-ci ont éclaté il y a deux ans, a maintenant dépassé les 100.000 personnes.

Chris Lewa, directeur du groupe de défense des Rohingyas à but non lucratif, Arakan Project, a déclaré une moyenne de 900 personnes par jour descendant des cargos amarrés hors de l’état de Rakhine et ce depuis le 15 octobre.

Mr Lewa a déclaré vendredi que certaines familles Rohingyas ont été informés que les énormes cargos ont déjà commencé à arriver en Thaïlande, où les Rohingya font face à la déportation ou bien sont victimes de la traite des êtres humains.

Mr Lewa a également souligné qu’un certain nombre de Rohingyas a également pris la fuite par la terre, pour se diriger vers le Bangladesh, l’Inde et le Népal.

Le Myanmar est un pays à majorité bouddhiste de 50 millions d’âmes dont environ 1,3 million de Rohingyas.

Les Rohingyas se sont vu refuser la nationalité du Myanmar et ont été attaqués par des foules bouddhistes, qui ont laissé des centaines de morts et 140.000 autres piégés dans des camps comme du bétail. Mais selon le gouvernement birman ces dispositifs ont été mis en place pour leur bien.

La plupart vivent dans la pointe nord de l’Etat Rakhine, où une campagne agressive est menée par les autorités birmanes depuis ces derniers mois afin d’enregistrer les membres de chaque famille Rohingya et officiellement les classés comme « Bengalis », ce qui impliquerait qu’ils sont des migrants clandestins en provenance du Bangladesh voisin.

Des villageois Rohingyas, à qui l’agence Associated Press a pu parler, ont déclaré que certains d’entre eux ont été confinés dans leurs villages pendant des semaines pour avoir refusé de prendre part au processus de « vérification ». Selon ces mêmes villageois certains d’entres eux auraient même été battus et/ou arrêtés pour les mêmes raisons.

Les autorités resserrent les règles

Des dizaines d’hommes ont été arrêtés pour des liens présumés avec l’armée Rohingya, organisation de solidarité, récemment, a déclaré Khin Maung Win, un résident de Maungdaw, ajoutant qu’au moins un de ces hommes serait décédé des suites de ses blessures subies lors de son interrogatoire. Mr Lewa avait fait des rapports similaires.

Cependant, Win Myaing, porte-parole de l’État, a nié toute connaissance d’arrestations ou d’abus.

« Il n’y a rien qui se passe là-haut, » at-il déclaré à l’Associated Press. « Il n’y a pas d’arrestations de suspects de LRO. Je n’ai pas entendu parler de quelque chose comme ça. »

Chaque année, l’Aïd al-Adha, qui est célébré par les musulmans à travers le monde, marque le début d’un exode massif de Rohingyas dans l’État de Rakhine, en partie à cause des eaux plus calmes, mais aussi parce qu’ils voient en cette période une dernière chance de passer du temps avec leurs familles et leurs amis.

Le chiffre de cet exode aurait presque doublé pour l’année 2013.

L’Organisation des Nations Unies, qui a déclaré les Rohingyas comme étant une des minorités religieuses les plus persécutés dans le monde, a confirmé les chiffres fournis par Mr Lewa sur un exode massif qui a commencé après les violences intercommunautaires qui ont éclaté en 2012.

Source : AmericanMuslim, AlJazeera.com