Libye : le gouvernement libyen ne contrôle plus rien, les miliciens ont pris les ministères et services de l’État

D’après Larédac’ à 19h05 le 01 Septembre 2014

Le gouvernement démissionnaire libyen, exilé dans l’Est, a reconnu qu’il ne contrôlait plus les ministères et services de l’État à Tripoli, nouvelle illustration de la dérive d’un pays livré aux milices armées et incapable de mener à bout le processus de transition politique. Cet aveu d’impuissance vient confirmer que la capitale est désormais aux mains des miliciens – par les dits islamistes pour la plupart – qui ont chassé le 22 août, au prix de violents combats, leurs rivaux, proches du gouvernement démissionnaire, de l’aéroport situé au sud de la ville.

Abdallah al-Theni a accusé le 25 août les miliciens de « Fajr Libya » (Aube de la Libye) venant en majorité de la ville de Misrata (est de la capitale), d’avoir incendié et pillé sa résidence dans le sud de Tripoli après avoir conquis l’aéroport de la capitale aux miliciens rivaux de Zenten (ouest).

Les miliciens de Fajr Libya, comprenant des factions dites islamistes et qui veulent former un gouvernement parallèle à Tripoli, ont été qualifiés de « terroristes » par le Parlement.


L’une des factions de Fajr Libya s’est installée dimanche dans l’une des annexes de l’ambassade des États-Unis, située pas loin de l’aéroport de Tripoli, en affirmant vouloir ainsi contrôler ce complexe évacué le 26 juillet. Un porte-parole de la faction, la « brigade Al-Halbous », a démenti tout envahissement du complexe par ses hommes, affirmant qu’ils se trouvaient dans l’annexe « pour le sécuriser » et empêcher qu’il ne soit pillé. L’ambassadrice américaine Deborah Jones, réfugiée à Malte, a confirmé que seule une annexe résidentielle semble avoir été prise par des miliciens. « À ma connaissance et d’après les récentes photos, le complexe de l’ambassade américaine à Tripoli est sous bonne garde et n’a pas été saccagé« . « On a invité les missions diplomatiques à revenir à Tripoli et en attendant, nous sommes ici pour sécuriser les lieux« , a déclaré l’un des membres de la milice sur les lieux.

Les États-Unis ont évacué tout leur personnel diplomatique de l’ambassade, qui s’était retrouvé pris depuis la mi-juillet au milieu de violents combats entre milices rivales sur la route de l’aéroport de Tripoli. Le secrétaire d’État John Kerry avait alors indiqué que son pays avait « suspendu » ses opérations diplomatiques en Libye en raison d’un « risque réel ».

vidéo les miliciens à la piscine :  Amateur Video: Islamist Militia Storm US embassy in Tripoli [Full Footage]

Continuité d’un chaos assuré

Depuis la chute du régime de Muammar Kadhafi en 2011 après huit mois de révolte armée, les différentes milices qui l’ont combattu font la loi dans le pays plongé dans le chaos et où aucune autorité n’a réussi à rétablir l’ordre. Dans un communiqué publié dans la nuit de dimanche à lundi, le gouvernement provisoire dirigé par Abdallah al-Theni a précisé que les milices armées empêchaient sous la menace les services de l’État de fonctionner dans la capitale. 

Abdallah al-Theni, qui avait annoncé jeudi qu’il avait remis sa démission au Parlement élu le 25 juin, a été chargé lundi par cette même assemblée de former un cabinet restreint, comprenant une cellule de crise. Ces deux institutions siègent dans l’Est pour échapper à la pression des milices armées. « Les sièges des ministères et des services de l’État à Tripoli sont occupés par des miliciens armés qui empêchent les fonctionnaires d’y accéder et menacent leurs responsables« , a dit le gouvernement. Il a ajouté « tenter d’assurer de loin la continuité de ces services en gardant le contact avec les responsables des ministères et des services de l’État« .

« Les sièges des ministères et des services de l’Etat à Tripoli sont occupés par des miliciens armés qui empêchent les fonctionnaires d’y accéder et menacent leurs responsables« , a souligné le gouvernement libyen dans son communiqué. Il a ajouté « tenter d’assurer de loin la continuité de ses services en gardant le contact avec les responsables des ministères et des services de l’Etat« .

Les nouvelles forces qui contrôlent Tripoli refusent de reconnaître la Chambre des représentants qui siège désormais à Tobrouk et dont les élus sont plutôt des libéraux et des fédéralistes.

Source : avec Afp, Reuters, Libyan News Agency (LANA), Libya Al-Ahrar TV , RFI, NY Time