L’Irak rouvre une frontière pour accueillir des réfugiés syriens

D’après Larédac’ à 19h36 le 07 Janvier 2014

Douaniers irakines au poste frontière de Rabia. Le Premier ministre irakien Nouri al Maliki a donné instruction lundi aux autorités frontalières d’autoriser l’entrée des réfugiés syriens. /Photo prise le 23 juillet 2012/REUTERS/Thaier al-Sudani (c) Reuters

Le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) a signalé mardi la réouverture d’un point de passage entre la Syrie et l’Irak, dans le Kurdistan, permettant le départ de près de 2 500 réfugiés dimanche. 

Le point de passage de Peshkabour, situé sur le fleuve Tigre, reste pour l’instant le seul ouvert entre la Syrie et l’Irak, a précisé une porte-parole du HCR, Melissa Fleming, lors d’un point de presse. 

À la suite de l’ouverture, dimanche, de cette frontière, 2 519 réfugiés ont pu traverser le fleuve en une seule journée sur des barges pour se rendre en Irak. Lundi, personne n’a traversé la frontière. Mais, mardi matin, « plusieurs milliers » d’autres Syriens se sont rassemblés devant le fleuve, selon le HCR.

Selon Melissa Fleming, la plupart des réfugiés veulent se rendre dans la région du Kurdistan, et non dans d’autres régions d’Irak. Lundi, le personnel humanitaire a pu constater que 350 des réfugiés qui avaient traversé la frontière dimanche sont revenus en Syrie munis de générateurs, de chauffage au kérosène et d’autres fournitures. 

« Les autorités d’Irak dans la région du Kurdistan ont expliqué au HCR avoir adopté une approche souple et que les Syriens qui ne veulent pas rester en tant que réfugiés ont la possibilité de rester jusqu’à sept jours« , a expliqué l’agence humanitaire dans un communiqué.

À la mi-septembre 2013, les autorités irakiennes avaient décidé de fermer les frontières entre la Syrie et le Kurdistan irakien à la suite d’une arrivée massive de réfugiés, selon le HCR. 

Les autres régions irakiennes voisines de la Syrie ont également fermé leurs frontières. Quelque 210 000 Syriens ont trouvé refuge en Irak depuis le début du conflit syrien en mars 2011, selon l’ONU. Au total, plus de 2,35 millions de Syriens ont fui leur pays en près de trois ans.

Source : Afp, HCR